[Total : 15    Moyenne : 2.6/5]

Pour faire du Bissap Ă  la façon marocaine, infusion de fleur d’hibiscus bio

Fleur hibiscus bio antioxydant naturel puissant

Fleur hibiscus bio antioxydant naturel puissant

3l d’eau
environ 125 g de fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es
sucre vanillé ou non à discrétion
quelques branches de menthe fraiche

Porter l’eau Ă  frĂ©missement. Elle ne doit pas bouillir. Ajouter les fleurs et la menthe, sucrer et laisser infuser 30 minutes.
Passer au chinois.
Mettre en bouteille et conserver au frais. Boire bien frais !

 


[Total : 28    Moyenne : 3.4/5]

HIBISCUS, Rosa sinensis fleur comestible antioxydante , Informations générales

Hibiscus (du grec áŒ±ÏÎŻÏƒÎșÎżÏ‚ hibĂ­skos. signifiant guimauve) est un genre de plantes Ă  fleurs annuelles ou vivaces qui comporte plus de 30 000 variĂ©tĂ©s. L’Hibiscus fait partie de la famille des Malvaceae.
fleur hibiscus seches biologique naturelle

fleur hibiscus seches biologique naturelle

Ce sont des plantes connues depuis la plus haute antiquitĂ© : elles Ă©taient cultivĂ©es en Égypte et en Asie du Sud-Est. pour leur caractĂšre ornemental. mais aussi pour leurs fruits comestibles. ImportĂ©es en Europe par les Maures espagnols au XIIe siĂšcle. certaines espĂšces furent introduites en AmĂ©rique. au XVIIe siĂšcle. par les esclaves.
L’arbuste peut atteindre 5 mĂštres de hauteur et autant de largeur.
Les feuilles sont alternes. simples. ovales ou lancéolées. à bord denté ou ondulé.
Les fleurs. généralement à symétrie centrale (actinomorphes) sont isolées ou groupées en inflorescences.
Le calice a cinq sépales libres; la corolle cinq pétales libres ou légÚrement soudés à la base.
Les cinq Ă©tamines sont soudĂ©es entre elles formant un long tube. Le pistil possĂšde assez souvent cinq ovaires et un long style passant Ă  l’intĂ©rieur du tube des Ă©tamines. Le stigmate ne s’ouvre que lorsque les Ă©tamines sont flĂ©tries. permettant une fĂ©condation croisĂ©e[1].
Les fruits sont des capsules qui s’ouvrent Ă  maturitĂ© pour libĂ©rer les graines souvent velues.
Les fleurs. monochromes ou bicolores. sont torsadĂ©es avant l’ouverture complĂšte. Elles peuvent apparaitre de mars Ă  octobre si la plante est dans les conditions requises cependant. certains cultivars issus des sĂ©lections d’horticulteurs peuvent fleurir toute l’annĂ©e. Il est normal que la fleur de H. rosa sinensis se referme et tombe au bout de 24 heures environ.
Hibiscus syriacus est la fleur nationale de la CorĂ©e du Sud. La fleur. Fleur d’ÉternitĂ©. (mugunghwa en corĂ©en). est la fleur qui illustre l’esprit volontaire et modeste du peuple corĂ©en. Les CorĂ©ens ont prisĂ© l’althĂ©a comme une fleur cĂ©leste depuis le passĂ©. Le royaume Silla (nom portĂ© par la CorĂ©e au 1er siĂšcle avant J.-C.) s’est aussi appelĂ© le pays Mugunghwa. Hibiscus. aussi le symbole du surf.

Utilisation

L’hibiscus est valorisĂ© Ă  des fins alimentaires et mĂ©dicinales.
– Hibiscus sabdariffa (Oseille de GuinĂ©e ) originaire d’Afrique de l’Ouest produit des jeunes pousses et feuilles qui se mangent crues ou cuites comme des lĂ©gumes.
Ses fleurs rouges sĂ©chĂ©es puis infusĂ©es sont utilisĂ©es pour des sauces et confitures ou la prĂ©paration du Bissap ; infusion et sirop produisant une boisson rouge. bue fraiche et trĂšs sucrĂ©e (parfois prĂ©parĂ©e avec de la menthe) en Afrique de l’Ouest. dont au SĂ©nĂ©gal et en Mauritanie oĂč une de ses appellation populaire en vogue est devenue “Coc’Afrique” (“Seille” en GuinĂ©e. et “roselle” en JamaĂŻque). C’est une boisson riche en acide ascorbique (d’oĂč son goĂ»t acidulĂ©) et on lui prĂȘte des vertus diurĂ©tiques. sĂ©datives et hypotensives. voire laxatives.
En Afrique de l’Est et au Moyen Orient. cette boisson est appelĂ©e carcadĂ© (ou karkadĂ©. karkadeh ; de l’arabe karkandji). TrĂšs prisĂ©e en Égypte y compris pour des vertus mĂ©dicinales. Cette boisson y est bue froide ou chaude.
Le carcadet est en vente dans des boutiques d’herboristerie ou sur le marchĂ© Ă©lectronique.
– Les fleurs de l’Hibiscus syriacus sont comestibles et ont des propriĂ©tĂ©s Ă©mollientes (= qui dĂ©tend. ramollit les tissus). Elles Ă©taient autrefois utilisĂ©es en mĂ©decine traditionnelle pour calmer la toux et guĂ©rir les angines.
– Le fruit de l’espĂšce Hibiscus esculentus – dĂ©placĂ©e depuis dans le genre Abelmoschus (Abelmoschus esculentus) – appelĂ© gombo. entre. comme lĂ©gume. dans la composition de nombreux plats africains. asiatiques. d’AmĂ©rique centrale et d’AmĂ©rique du Sud.

Partie utilisée

La partie utilisée est la fleur séchée.

[Total : 7    Moyenne : 3.6/5]
PĂ©toncle fleur d'hibiscus recette biologique fleur comestible

PĂ©toncle fleur d’hibiscus recette biologique fleur comestible

Pour 2 personnes, en entrĂ©e, recette des PĂ©toncles grillĂ©s sur lit de poires, rĂ©duction d’Hibiscus

INGRÉDIENTS

– 4 gros pĂ©toncles frais
– Âœ tasse de vin blanc (j’ai utilisĂ© le MĂ©nage Ă  Trois, assemblage Californien de Chenin blanc, Chardonnay et Muscat)
– 1 Âœ c. Ă  table de fleurs d’Hibiscus sĂ©chĂ©es
– un morceau de 2 cm de gingembre frais, Ă©pluchĂ©
– 1 poire Abate ou Bosc
– 1 c. Ă  table de beurre
– 1 c. Ă  thĂ© de beurre
– poivre du moulin
– Fleur de sel de GuĂ©rande

PROGRESSION

– Dans une petite casserole, faites chauffer le vin Ă  feu doux;
– Plongez-y les fleurs d’Hibiscus et le morceau de gingembre. Amenez le vin Ă  une lĂ©gĂšre Ă©bullition et laissez rĂ©duire jusqu’à ce que le liquide soit lĂ©gĂšrement sirupeux. Retirez du feu, filtrez le liquide et rĂ©servez-le;
– Coupez la poire en deux, retirez-en le cƓur et tranchez-la en lamelles moyennement fines. Poivrez-les;
– Faites rĂŽtir les lamelles de poire Ă  feu moyen dans 1 c. Ă  table de beurre;
– Quand les poires sont rĂŽties et lĂ©gĂšrement caramĂ©lisĂ©es, retirez-les de la poĂȘle et placez-les tout de suite au centre de deux assiettes de service;
– Remettez la mĂȘme poĂȘle sur le feu, rajouter une c. Ă  thĂ© de beurre et faites-y rĂŽtir les pĂ©toncles que vous aurez prĂ©alablement poivrĂ©s sur un feu moyen-Ă©levĂ©. Les pĂ©toncles doivent ĂȘtre tout juste cuits : un pĂ©toncle trop cuit sera coriace;
– DĂ©posez les pĂ©toncles sur le lit de poires, puis arrosez le tout de rĂ©duction Ă  l’Hibiscus;
– Parsemez lĂ©gĂšrement de fleur de sel de GuĂ©rande.

[Total : 13    Moyenne : 3.5/5]

Le fruit de la fleur d’Hibiscus est le Gombo, un lĂ©gume fruit plein de vertus antioxydantes pour la santĂ©

Le gombo (Abelmoschus esculentus) est une plante tropicale Ă  fleurs appartenant Ă  la famille des Malvaceae, originaire d’Afrique.

Le fruit de la fleur d'Hibiscus est le Gombo, un légume fruit plein de vertus antioxydantes pour la santé

Le fruit de la fleur d’Hibiscus est le Gombo, un lĂ©gume fruit plein de vertus antioxydantes pour la santĂ©

Son fruit est une capsule de forme pyramidale rĂ©coltĂ©e verte et employĂ©e comme lĂ©gume et comme condiment. Sa section transversale montre cinq cavitĂ©s qui forment un parfait pentagone. Sa peau est couverte d’un duvet soyeux.

Noms vernaculaires : il est aussi appelé corne grecque, bamia (GrÚce), okra ou gnawia ou ganaouia (Tunisie), lalo ou bamia en Turquie.
Le nom de « gombo » est issu du bantou de région angolaise ki-ngombo1.
Synonyme :
Hibiscus esculentus L.
Description
Le gombo est une grande herbe, annuelle, à la tige érigée pouvant atteindre 2 m 50 de haut.
Les feuilles sont palmatilobĂ©es, de gabarit suborbiculaires, Ă  5-7 lobes irrĂ©guliĂšrement serretĂ©s. Elles sont portĂ©es par un long pĂ©tiole (jusqu’à 35 cm).
Les fleurs solitaires, axillaires, sont formĂ©es d’un calice spathacĂ©, Ă  5 dents, de 5 pĂ©tales de 3-4,5 cm, jaunes ou jaunĂątres, tachĂ©s de pourpre Ă  la base, de 5 carpelles et d’étamines soudĂ©es.
Le fruit est une capsule de 8-25 cm de long, poilue, anguleuse, ovoïde-lancéolée, longuement pointue.
Histoire
Cette plante Ă©tait cultivĂ©e par les Égyptiens, puis importĂ©e en Europe par les Maures espagnols au xiie siĂšcle, elle fut introduite au xviie siĂšcle en AmĂ©rique par les esclaves. Les esclaves et maĂźtres parlant le crĂ©ole utilisaient ce mot pour parler des plantes en gĂ©nĂ©ral. Elle est consommĂ©e dans la quasi totalitĂ© de l’Afrique tout au long de l’annĂ©e.
Utilisation
Le fruit contient une substance mucilagineuse (de texture gĂ©latineuse) utile pour Ă©paissir soupes et ragoĂ»ts. On conseille gĂ©nĂ©ralement de choisir des gombos bien colorĂ©s de moins de 10 cm de long afin qu’ils ne soient pas durs. Le gombo se mange cru ou cuit et il fait partie de nombreux plats crĂ©oles, africains ou japonais. Il rentre notamment dans la fabrication du calalou.
Il se marie bien avec la tomate, l’oignon, l’igname, le poivron ainsi qu’avec le curry, la coriandre, l’origan, le citron, le vinaigre et d’autres Ă©pices comme le ras el hanout.

Il est Ă©galement la base du gumbo : soupe cadienne typique de Louisiane, dans laquelle le fond est constituĂ© de mĂ©lange de cĂ©leri, poivron vert et oignon que l’on fait revenir avec les gombos coupĂ©s en rondelles. D’autres prĂ©parations typiques du Sud des États-Unis sont les gombos braisĂ©s Ă  la tomates et les rondelles de gombo frites.
Il est également utilisé pour des sauces avec de la viande blanche ou du poulet.
Fragile, le gombo se conserve deux à trois jours au réfrigérateur dans un sac de papier.
Les graines mĂ»res, grillĂ©es, peuvent ĂȘtre utilisĂ©es en guise de cafĂ©. Le gombo est une spĂ©cialitĂ© de la cĂŽte d’ivoire il est souvent utilisĂ© en sauce sur du riz blanc.
Le gombo est un lĂ©gume typique de l’alimentation africaine. On le retrouve Ă©galement dans le sud de l’Europe, en Inde, au Moyen-Orient, aux Antilles et en AmĂ©rique du Sud. Le gombo, aussi appelĂ© okra, est consommĂ© cru, cuit et parfois sous forme dĂ©shydratĂ©e. Sa saveur et sa texture particuliĂšre, ainsi que les composĂ©s nutritifs qu’il contient en font un lĂ©gume qui gagne Ă  ĂȘtre connu.
Principes actifs et propriétés
Selon plusieurs Ă©tudes prospectives et Ă©pidĂ©miologiques, une consommation Ă©levĂ©e de fruits et de lĂ©gumes diminuerait le risque de maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies chroniques. La prĂ©sence d’antioxydants dans les fruits et les lĂ©gumes pourrait, en partie, expliquer cet effet protecteur.
Antioxydants. Les antioxydants sont des composĂ©s qui protĂšgent les cellules du corps des dommages causĂ©s par les radicaux libres. Ces derniers seraient impliquĂ©s dans le dĂ©veloppement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liĂ©es au vieillissement. Dans une Ă©tude in vitro, des extraits de gombo ont dĂ©montrĂ© un certain potentiel antioxydant. Le gombo contient de faibles quantitĂ©s de composĂ©s antioxydants, comme le bĂȘta-carotĂšne, la lutĂ©ine et la zĂ©axanthine, et une plus grande quantitĂ© d’un autre de ces composĂ©s, la quercĂ©tine. Une portion de 100 g (environ 250 ml) de gombo frais fournit 11 mg de quercĂ©tine. À titre de comparaison, l’oignon, qui constitue l’une des principales sources de quercĂ©tine de l’alimentation en contient de 13 mg Ă  20 mg par 100 g.
Fibres alimentaires. Les fibres alimentaires ne se retrouvent que dans les produits vĂ©gĂ©taux. Elles regroupent un ensemble de substances qui ne sont pas digĂ©rĂ©es par l’organisme. Elles sont classifiĂ©es en deux groupes principaux : les fibres solubles et les insolubles. Le gombo contient une proportion Ă©levĂ©e de fibres solubles, soit 40 % de son contenu en fibres alimentaires totales. De façon gĂ©nĂ©rale, les fibres solubles sont associĂ©es Ă  des taux de sucre et de cholestĂ©rol sanguins plus favorables pour la santĂ©, ainsi qu’à un ralentissement du transit intestinal. Dissoutes dans l’eau, les fibres solubles forment des substances visqueuses ou gĂ©lifiĂ©es. Une Ă©tude rĂ©alisĂ©e Ă  la fin des annĂ©es 1980 a dĂ©montrĂ© que ces substances, extraites du gombo, permettaient de rĂ©duire le taux de sucre sanguin des souris. GrĂące Ă  ses propriĂ©tĂ©s, le gombo fait partie de la diĂšte Portfolio, une diĂšte reconnue pour son effet bĂ©nĂ©fique sur les concentrations de cholestĂ©rol sanguin.
Nutriments les plus importants :
ManganĂšse. Le gombo cru est une excellente source de manganĂšse pour la femme et une bonne source pour l’homme (les besoins en manganĂšse de l’homme Ă©tant supĂ©rieurs Ă  ceux de la femme). Le gombo bouilli est une source de manganĂšse. Le manganĂšse agit comme cofacteur de plusieurs enzymes qui facilitent une douzaine de diffĂ©rents processus mĂ©taboliques. Il participe Ă©galement Ă  la prĂ©vention des dommages causĂ©s par les radicaux libres.
Vitamine K. Le gombo bouilli est une excellente source de vitamine K. Le gombo cru est une excellente source pour la femme et une bonne source pour l’homme (les besoins en vitamine K de l’homme Ă©tant supĂ©rieurs Ă  ceux de la femme). La vitamine K est nĂ©cessaire Ă  la fabrication de protĂ©ines qui participent Ă  la coagulation du sang (autant Ă  sa stimulation qu’à son inhibition). Elle joue aussi un rĂŽle dans la formation des os. En plus de se trouver dans plusieurs aliments, la vitamine K est fabriquĂ©e par les bactĂ©ries prĂ©sentes dans l’intestin. Les carences en vitamine K sont donc rares.

Calcium. Le gombo bouilli est une source de calcium. Le calcium est, de loin, le minĂ©ral le plus abondant dans le corps. Il est majoritairement entreposĂ© dans les os, dont il fait partie intĂ©grante. Il contribue Ă  la formation des os et des dents, ainsi qu’au maintien de leur santĂ©. Le calcium joue aussi un rĂŽle essentiel dans la coagulation du sang, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles, dont le cƓur.
MagnĂ©sium. Le gombo cru et le gombo bouilli sont des sources de magnĂ©sium. Le magnĂ©sium participe au dĂ©veloppement osseux, Ă  la construction des protĂ©ines, aux actions des enzymes, Ă  la contraction des muscles, Ă  la santĂ© des dents et au fonctionnement du systĂšme immunitaire. Il joue aussi un rĂŽle dans le mĂ©tabolisme de l’énergie et dans la transmission de l’influx nerveux.
Fer. Le gombo bouilli est une source de fer pour l’homme seulement (les besoins en fer de la femme Ă©tant supĂ©rieurs Ă  ceux de l’homme). Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minĂ©ral est essentiel au transport de l’oxygĂšne et Ă  la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rĂŽle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs. Il est Ă  noter que le fer contenu dans les aliments d’origine vĂ©gĂ©tale (comme le gombo) est moins bien absorbĂ© par l’organisme que le fer contenu dans les aliments d’origine animale. L’absorption du fer des vĂ©gĂ©taux est toutefois favorisĂ©e par la consommation de certains nutriments, comme la vitamine C.
Cuivre. Le gombo cru et le gombo bouilli sont des sources de cuivre. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nĂ©cessaire Ă  la formation de l’hĂ©moglobine et du collagĂšne (protĂ©ine servant Ă  la structure et Ă  la rĂ©paration des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent Ă©galement Ă  la dĂ©fense du corps contre les radicaux libres.
Vitamine B2. Le gombo cru et le gombo bouilli sont des sources de vitamine B2. La vitamine B2 est aussi connue sous le nom de riboflavine. Tout comme la vitamine B1, elle joue un rĂŽle dans le mĂ©tabolisme de l’énergie de toutes les cellules. De plus, elle contribue Ă  la croissance et Ă  la rĂ©paration des tissus, Ă  la production d’hormones et Ă  la formation des globules rouges.
Vitamine B3. Le gombo cru est une source de vitamine B3 pour la femme seulement (les besoins en vitamine B3 de l’homme Ă©tant supĂ©rieurs Ă  ceux de la femme). AppelĂ©e aussi niacine, la vitamine B3 participe Ă  de nombreuses rĂ©actions mĂ©taboliques et contribue particuliĂšrement Ă  la production d’Ă©nergie Ă  partir des glucides, des lipides, des protĂ©ines et de l’alcool que nous ingĂ©rons. Elle collabore aussi au processus de formation de l’ADN, permettant une croissance et un dĂ©veloppement normaux.
Vitamine B6. Le gombo cru et le gombo bouilli sont des sources de vitamine B6. La vitamine B6, aussi appelĂ©e pyridoxine, fait partie de coenzymes qui participent au mĂ©tabolisme des protĂ©ines et des acides gras ainsi qu’à la fabrication des neurotransmetteurs. Elle collabore Ă©galement Ă  la production des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygĂšne. La pyridoxine est aussi nĂ©cessaire Ă  la transformation du glycogĂšne en glucose et elle aide au bon fonctionnement du systĂšme immunitaire. Enfin, cette vitamine joue un rĂŽle dans la formation de certaines composantes des cellules nerveuses.
Vitamine B9. Le gombo cru et le gombo bouilli sont des sources de vitamine B9 (folate). Cette vitamine participe à la fabrication de toutes les cellules du corps, dont les globules rouges. Elle joue un rÎle essentiel dans la production du matériel génétique (ADN, ARN), dans le fonctionnement du systÚme nerveux et du systÚme immunitaire, ainsi que dans la cicatrisation des blessures et des plaies. Comme elle est nécessaire à la production des nouvelles cellules, une consommation adéquate est primordiale durant les périodes de croissance et pour le développement du foetus.
Vitamine C. Le gombo cru et le gombo bouilli sont des sources de vitamine C. Le rĂŽle que joue la vitamine C dans l’organisme va au-delĂ  de ses propriĂ©tĂ©s antioxydantes. Elle contribue aussi Ă  la santĂ© des os, des cartilages, des dents et des gencives. De plus, elle protĂšge contre les infections, favorise l’absorption du fer contenu dans les vĂ©gĂ©taux et accĂ©lĂšre la cicatrisation.
www.fleurhibiscus.com le site de la fleur d’Hibiscus

Acheter des aliments riches en antioxydants naturels puissants pour la vitalitĂ© du corps et de l’esprit sur Biologiquement.com, la boutique en ligne de la SociĂ©tĂ© AGOJI : fleurs d’hibiscus bio


[Total : 2    Moyenne : 4.5/5]

PrĂ©paration du ThĂ© glacĂ© Ă  l’hibiscus et Ă  la cardamone

Ingrédients :
1 cĂ s d’hibiscus sĂ©chĂ©
2 gousses de cardamone
1 cĂ s de miel ou de sirop d’agave
1 litre d’eau froide.
Dans un poĂȘlon, mettre l’hibiscus, la cardamone et l’eau froide.
Porter Ă  Ă©bullition et prolonger la cuisson d’1 ou 2 minutes.
Eteindre et filtrer la préparation.
Ajouter le miel dans la préparation encore chaude.
Laisser refroidir puis placer au frigo.
Servir le thĂ© trĂšs frais dans un grand verre rempli de glaçons et recouvrir d’une fine tranche d’orange.  Planter une paille et dĂ©guster sans attendre.

[Total : 4    Moyenne : 3.8/5]
Boulghour hibiscus façon riz au lait

Les ingrédients
300 g de boulghour
20 g de beurre demi-sel Président
1 l de lait demi écrémé Lactel
10 cl de crÚme liquide Bridélice
80 g de sucre roux
25 cl d’eau
80 g de sucre blanc
1 poignĂ©e de fleur d’hibiscus
La préparation
Faire chauffer le lait dans une casserole. Maintenir au chaud Ă  feu doux.
Dans une casserole, faire fondre le beurre, y dĂ©poser le boulghour. Verser 25 cl de lait chaud. Remuer jusqu’Ă  ce que le boulgour ait absorbĂ© le lait, ajouter 60 g de sucre roux, puis verser le reste du lait chaud et la crĂšme.
Cuire Ă  feu doux 20 minutes jusqu’Ă  l’obtention d’une consistance proche de celle du riz au lait.
Pour le sirop d’hibiscus :
Pendant ce temps, dans une casserole, rĂ©unir l’eau et le sucre semoule. Porter Ă  Ă©bullition jusqu’Ă  dissolution du sucre. Le sirop doit rester translucide. Retirer du feu, ajouter les fleurs d’hibiscus Ă©mincĂ©es. Laisser infuser Ă  couvert.
Au terme de la cuisson du boughour, verser 5 cl de sirop d’hibiscus. MĂ©langer dĂ©licatement. GoĂ»ter et rectifier le goĂ»t si besoin en ajoutant le reste de sucre roux.
Disposer le boulghour au lait dans des assiettes creuses, agrémenter du sirop.
Recette élaborée par la Collective de Produits Laitiers

Boulghour hibiscus façon riz au lait

Les ingrédients
300 g de boulghour20 g de beurre demi-sel PrĂ©sident1 l de lait demi Ă©crĂ©mĂ© Lactel10 cl de crĂšme liquide BridĂ©lice80 g de sucre roux25 cl d’eau80 g de sucre blanc1 poignĂ©e de fleur d’hibiscus

La préparation
Faire chauffer le lait dans une casserole. Maintenir au chaud Ă  feu doux.Dans une casserole, faire fondre le beurre, y dĂ©poser le boulghour. Verser 25 cl de lait chaud. Remuer jusqu’Ă  ce que le boulgour ait absorbĂ© le lait, ajouter 60 g de sucre roux, puis verser le reste du lait chaud et la crĂšme.Cuire Ă  feu doux 20 minutes jusqu’Ă  l’obtention d’une consistance proche de celle du riz au lait.Pour le sirop d’hibiscus :Pendant ce temps, dans une casserole, rĂ©unir l’eau et le sucre semoule. Porter Ă  Ă©bullition jusqu’Ă  dissolution du sucre. Le sirop doit rester translucide. Retirer du feu, ajouter les fleurs d’hibiscus Ă©mincĂ©es. Laisser infuser Ă  couvert.Au terme de la cuisson du boughour, verser 5 cl de sirop d’hibiscus. MĂ©langer dĂ©licatement. GoĂ»ter et rectifier le goĂ»t si besoin en ajoutant le reste de sucre roux.Disposer le boulghour au lait dans des assiettes creuses, agrĂ©menter du sirop.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Recette du Tiramisu aux Fraises, aux Fleurs d’Hibiscus et Ă  la Fleur D’oranger

Pour 4 Jolies Coupes :
* 8 biscuits Ă  la cuillĂšre
* 250 grammes de mascarpone
* 3 jaunes d’oeufs
* 100 grammes de sucre semoule
* 5 gouttes d’huile essentielle de citron
* 10 cl de crĂšme fraĂźche liquide
* 250 grammes de fraises
* 2 cuillĂšres Ă  soupe de sucre semoule
* 4 cuillĂšres Ă  soupe d’eau de fleur d’oranger
* 20 cl d’eau de Source + 2 cuillĂšres Ă  soupe de sucre semoule
* 1 cuillĂšre Ă  soupe de fleurs d’hibiscus (Meuse Epices )
* Cacao Van Houten + une petite passoire
Préparation :
1) Faites bouillir l’eau. Versez-la sur les fleurs d’hibiscus et les 2 cuillĂšres Ă  soupe de sucre. Laissez infuser une dizaine de minutes. Filtrez et laissez refroidir.
2) Lavez, Ă©queutez et coupez les fraises en morceaux. Arrosez avec l’infusion de fleurs d’Hibiscus. Laissez macĂ©rer deux heures au frais en remuant de temps en temps.
3) Dans un saladier, au fouet, mĂ©langez le mascarpone avec les jaunes d’oeufs. Ajoutez le sucre et les 5 gouttes d’huile essentielle de citron. MĂ©langez bien.
4) Montez la crÚme en chantilly bien ferme. Ajoutez au mélange précédent. Réservez au frais.
5) Egouttez les fraises.
6) Garnissez le fond de chaque coupe de morceaux de biscuits Ă  la cuillĂšre. Dans chaque coupe versez une cuillĂšre Ă  soupe d’eau de fleur d’oranger.
7) DĂ©posez une couche de crĂšme au mascarpone. Ajoutez ensuite les fraises. recouvrez d’une seconde couche de crĂšme.
8) Saupoudrez de cacao tamisĂ© au travers d’une petite passoire. RĂ©servez au frais pendant 2 heures au minimum avant de servir.

[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Champagne Ă  la fleur d’hibiscus bio

Ingrédients :
-1 bouteille de champagne
-des fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es bio
Mode opératoire :
DĂ©poser dans chaque coupe Ă  champagne une fleur d’hibiscus. Verser le champagne et laisser infuser quelques minutes. La fleur va se rĂ©hydrater et teinter le champagne en rosĂ©-rouge.

Ingrédients :

-1 bouteille de champagne

-des fleurs d’hibiscus

Mode opératoire :

DĂ©poser dans chaque coupe Ă  champagne une fleur d’hibiscus. Verser le champagne et laisser infuser quelques minutes. La fleur va se rĂ©hydrater et teinter le champagne en rosĂ©-rouge.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Connaissez vous la fleur d’hibiscus bio, cette grosse fleur rouge flamboyant, tirant vers le pourpre?

Saviez vous que cette magnifique fleur aux mille vertus est utilisĂ©e depuis des millĂ©naires en infusion comme boisson de santĂ©, ou en cuisine pour accompagner les fruits rouges? De saveur acidulĂ©e, et exotique, cette belle crĂ©ature de la nature a plus d’un tour dans son sac : VĂ©ritable et puissant antioxydant, on peut aussi l’utiliser en cosmĂ©tologie pour lutter contre le vieillissement de la peau ! Par sa magnifique couleur, cette fleur peut aussi servir de colorant naturel pour vos crĂšmes et lotions.
Je me suis fabriqué cette sympathique recette de lotion démaquillante qui fait une belle peau lumineuse:
Ingrédients:
Une petite poignĂ©e de fleurs sĂ©chĂ©es d’hibiscus
50ml d’hydrolat de rose (ou eau de rose c’est pareil)
50 ml de macĂ©rĂąt de rose (ou huile vĂ©gĂ©tale de noyau d’abricot, argan, ou onagre)
2 cuillerées à café de glycérine végétale
2 gouttes d’extrait de PĂ©pin de pamplemousse
Un flacon de 100ml
Recette :
Dans un bol, placer les fleurs sĂ©chĂ©es, et les recouvrir avec l’hydrolat de rose. Laisser macĂ©rer 1/2heure, puis mixez le mĂ©lange a l’aide d’un mini fouet. Filtrer le mĂ©lange avec une mini passoire, pour Ă©liminer les fleurs.
Verser la glycĂ©rine dans votre flacon, ajoutez l’hydrolat rose/hibiscus, l’extrait de pĂ©pin de pamplemousse, le macĂ©rĂąt ou l’huile vĂ©gĂ©tale. MĂ©langer Ă©nergiquement, votre lotion est prĂȘte !
Conservation : Au frais pendant 1 a 2 mois.

Connaissez vous la fleur d’hibiscus, cette grosse fleur rouge flamboyant, tirant vers le pourpre?Saviez vous que cette magnifique fleur aux mille vertus est utilisĂ©e depuis des millĂ©naires en infusion comme boisson de santĂ©, ou en cuisine pour accompagner les fruits rouges? De saveur acidulĂ©e, et exotique, cette belle crĂ©ature de la nature a plus d’un tour dans son sac : VĂ©ritable et puissant antioxydant, on peut aussi l’utiliser en cosmĂ©tologie pour lutter contre le vieillissement de la peau ! Par sa magnifique couleur, cette fleur peut aussi servir de colorant naturel pour vos crĂšmes et lotions.Je me suis fabriquĂ© cette sympathique recette de lotion dĂ©maquillante qui fait une belle peau lumineuse:IngrĂ©dients:Une petite poignĂ©e de fleurs sĂ©chĂ©es d’hibiscus50ml d’hydrolat de rose (ou eau de rose c’est pareil)50 ml de macĂ©rĂąt de rose (ou huile vĂ©gĂ©tale de noyau d’abricot, argan, ou onagre)2 cuillerĂ©es Ă  cafĂ© de glycĂ©rine vĂ©gĂ©tale2 gouttes d’extrait de PĂ©pin de pamplemousseUn flacon de 100mlRecette :Dans un bol, placer les fleurs sĂ©chĂ©es, et les recouvrir avec l’hydrolat de rose. Laisser macĂ©rer 1/2heure, puis mixez le mĂ©lange a l’aide d’un mini fouet. Filtrer le mĂ©lange avec une mini passoire, pour Ă©liminer les fleurs.Verser la glycĂ©rine dans votre flacon, ajoutez l’hydrolat rose/hibiscus, l’extrait de pĂ©pin de pamplemousse, le macĂ©rĂąt ou l’huile vĂ©gĂ©tale. MĂ©langer Ă©nergiquement, votre lotion est prĂȘte !Conservation : Au frais pendant 1 a 2 mois.


[Total : 2    Moyenne : 5/5]

Recette et preparation des Verrines Roses

Pour 4-5 verrines
250 Ă  350 g de fraises (Gariguette, Plougastel)
Quelques biscuits Ă  la cuillĂšre
Pour la crÚme vanillée :
125 g de mascarpone
2 c. Ă  s. de sucre
De la vanille (Âœ gousse grattĂ©e)
1 Ă  2 c. Ă  s. de marsala ou d’amaretto
Pour le sirop rose-hibiscus :
1 poignĂ©e de fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es bio
3 c. Ă  s. de sucre
1 bouchon d’eau de rose
40 cl d’eau
Âœ sachet d’agar agar
Préparez le sirop hibiscus-rose:
Dans une casserole, portez l’eau et le sucre Ă  ebullition. RĂ©duire le feu, ajoutez les fleurs d’hibiscus et l’eau de rose. Infusez 15 minutes environ.
Préparez la crÚme vanillée :
Dans un saladier, mélangez le mascarpone avec le sucre, la vanille et le marsala. Réservez.
Pour les fraises marinées :
Equeuttez les fraises puis coupez-les en petits morceaux (gardez en 6). Versez-les dans un saladier et mélangez délicatement avec le sucre et la vanille. Réservez.
Préparez la gelée :
DĂ©barrassez le sirop des fleurs d’hibiscus Ă  l’aide d’une passoire ou d’un tamis. Versez le sirop dans la casserole (goĂ»tez et rectifiez le sucre si besoin) et dĂ©layez l’agar-agar. Fouettez et chauffez 2-3 minutes sur feu moyen. RĂ©servez dans un bol ou verre.
Taillez les 6 fraises en lamelle dans le sens de la longueur.
Montage de la verrine :
DĂ©posez quelques 2/3 lamelles de fraises sur les parois de chaque verrine.
Disposez dans le fond, un morceau de biscuit et recouvrez de gelée rose hibiscus. Faites prendre la gelée (laissez tiÚdir les verrines à température ambiante puis disposez au frais).
DÚs que les gelées sont prises (1 h00 environ), sortez les verrines et déposez sur la gelée un peu de crÚme au mascarpone.
Ajoutez alors les fraises marinées, complétez par un peu de crÚme, un morceau de biscuit. Recouvrez à nouveau de crÚme, ajoutez un peu de gelée restante et les lamelles de fraises.
Réservez au réfrigérateur au moins 2 heures.
DĂ©corez d’une feuille de menthe ou de basilic au moment de servir. DĂ©gustez!!
Sources: stena.unblog.fr

Verrines RosesPour 4-5 verrines250 Ă  350 g de fraises (Gariguette, Plougastel)Quelques biscuits Ă  la cuillĂšrePour la crĂšme vanillĂ©e :125 g de mascarpone2 c. Ă  s. de sucreDe la vanille (Âœ gousse grattĂ©e)1 Ă  2 c. Ă  s. de marsala ou d’amarettoPour le sirop rose-hibiscus :1 poignĂ©e de fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es3 c. Ă  s. de sucre1 bouchon d’eau de rose40 cl d’eauÂœ sachet d’agar agar
PrĂ©parez le sirop hibiscus-rose:Dans une casserole, portez l’eau et le sucre Ă  ebullition. RĂ©duire le feu, ajoutez les fleurs d’hibiscus et l’eau de rose. Infusez 15 minutes environ.PrĂ©parez la crĂšme vanillĂ©e :Dans un saladier, mĂ©langez le mascarpone avec le sucre, la vanille et le marsala. RĂ©servez.
Pour les fraises marinées :Equeuttez les fraises puis coupez-les en petits morceaux (gardez en 6). Versez-les dans un saladier et mélangez délicatement avec le sucre et la vanille. Réservez.
PrĂ©parez la gelĂ©e :DĂ©barrassez le sirop des fleurs d’hibiscus Ă  l’aide d’une passoire ou d’un tamis. Versez le sirop dans la casserole (goĂ»tez et rectifiez le sucre si besoin) et dĂ©layez l’agar-agar. Fouettez et chauffez 2-3 minutes sur feu moyen. RĂ©servez dans un bol ou verre.
Taillez les 6 fraises en lamelle dans le sens de la longueur.
Montage de la verrine :Déposez quelques 2/3 lamelles de fraises sur les parois de chaque verrine.Disposez dans le fond, un morceau de biscuit et recouvrez de gelée rose hibiscus. Faites prendre la gelée (laissez tiÚdir les verrines à température ambiante puis disposez au frais).DÚs que les gelées sont prises (1 h00 environ), sortez les verrines et déposez sur la gelée un peu de crÚme au mascarpone.Ajoutez alors les fraises marinées, complétez par un peu de crÚme, un morceau de biscuit. Recouvrez à nouveau de crÚme, ajoutez un peu de gelée restante et les lamelles de fraises.
RĂ©servez au rĂ©frigĂ©rateur au moins 2 heures.DĂ©corez d’une feuille de menthe ou de basilic au moment de servir. DĂ©gustez!!


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Sticks à lÚvres naturel Macérùt Glycériné Hibiscus

RECETTE
70 g glycérine
fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es
PropriĂ©tĂ©s de l’Hibiscus :
– colorant naturel
– antioxydant
– adoucissant
PROCEDE
– mettre la glycĂ©rine dans un contenant en verre stĂ©rilisĂ©
– chauffer lĂ©gĂšrement la glycĂ©rine au micro-onde pour la faire liquĂ©fier
– ajouter les fleurs d’hibiscus
– laisser macĂ©rer (durĂ©e au choix)
– filtrer (j’ai filtrĂ© avec une gaze et j’ai eu du mal. Il me restait beaucoup de fleurs imbibĂ©es. Je les ai donc laissĂ© dans mon bocal et j’ai ajoutĂ© un peu d’eau, celĂ  me donnera un macĂ©rĂąt hydro-glycĂ©rinĂ©). La prochaine fois, je mettrais mes fleurs d’hibiscus dans une gaze fermĂ©e que je plongerais dans ma glycĂ©rine, je pense que j’en perdrais moins ainsi.
RESULTAT
Je cherchais une solution pour pouvoir colorer naturellement mes sticks à lÚvres et je pense avoir trouvé.

[Total : 13    Moyenne : 2.5/5]

Noms vernaculaires : Fleur d’EternitĂ© (hibiscus syriacus)

Althéa (hibiscus syriacus)
Ketmie (hibiscus syriacus)
Rose de Chine (hibiscus rosa sinensis)
Fleur des Belles Dames (hibiscus rosa sinensis)
Oseille de Guinée (hibiscus sabdariffa)
Roselle (hibiscus sabdariffa)

* Description botanique

Il existe de trĂšs nombreuses variĂ©tĂ©s d’Hibiscus, plantes de la famille des Malvaceae.
Il s’agit d’un arbuste, qui peut facilement atteindre 5 m de hauteur et autant de largeur. Ses feuilles, simples, sont alternes, parfois ovales ou lancĂ©olĂ©es (selon les variĂ©tĂ©s) et leur bord est dentĂ© ou ondulĂ©. Les trĂšs belles fleurs, isolĂ©es ou groupĂ©es, prĂ©sentent une symĂ©trie centrale. Les cinq Ă©tamines sont soudĂ©es entre elles et forment un long tube au centre des pĂ©tales. Le pistil possĂšde gĂ©nĂ©ralement cinq ovaires et un long style qui passe Ă  l’intĂ©rieur du tube formĂ© par les Ă©tamines. Le stigmate ne s’ouvre que lorsque les Ă©tamines sont flĂ©tries, de façon Ă  assurer une fĂ©condation croisĂ©e (allogamie). Monochromes ou bicolores, les fleurs sont, avant l’ouverture, repliĂ©es en torsades. La floraison s’étale de mars Ă  octobre, mais certaines variĂ©tĂ©s d’horticultures peuvent fleurir toute l’annĂ©e. Certains hibiscus (comme par exemple l’hibiscus rosa sinensis ou Rose de Chine) voient leurs fleurs flĂ©trir et tomber au bout de 24 heures seulement. Les fruits, sous forme de capsules, s’ouvrent Ă  maturitĂ© pour libĂ©rer les graines. Certaines variĂ©tĂ©s prĂ©sentes des graines velues.

En Europe, deux variĂ©tĂ©s sont principalement cultivĂ©es, pour leurs qualitĂ©s ornementales, mais Ă©galement pour la phytothĂ©rapie : la Rose de Chine (hibiscus rosa sinensis) et l’AlthĂ©a (hibiscus syriacus).

L’AlthĂ©a, (hibiscus syriacus) est un arbuste robuste, qui rĂ©siste bien au froid, jusqu’à des tempĂ©ratures infĂ©rieures Ă  -15°, voire -25°, Ă  condition que la plante soit exposĂ©e au soleil et Ă  l’abri du vent. Ses feuilles sont persistantes, sa floraison dure tout l’étĂ©, parfois jusqu’à l’automne.

Fleur d'hibiscus biologique fleur comestible

Fleur d’hibiscus biologique fleur comestible

La Rose de Chine (hibiscus rosa sinensis) est cultivĂ©e quant Ă  elle en intĂ©rieur, sauf dans les rĂ©gion au climat particuliĂšrement clĂ©ment, oĂč elle peut alors ĂȘtre plantĂ©e en extĂ©rieur. En effet, elle ne supporte pas les tempĂ©ratures infĂ©rieures Ă  5° ni les courants d’air. DĂšs 10°, elle commence Ă  perdre ses feuilles et stoppe sa floraison en attendant un adoucissement de la tempĂ©rature. Elle est Ă©galement trĂšs sensible au parasites (pucerons, araignĂ©es rouges, cochenilles et mouches blanches).

* Mythes et LĂ©gendes

Hibiscus vient d’un mot grec, hibiskos, signifiant « guimauve ». Connue depuis la Haute AntiquitĂ©, cette plante Ă©tait surtout cultivĂ©e en Egypte et en Asie du Sud-Est, tout d’abord pour la extraordinaire beautĂ©, mais aussi pour leurs fruits comestibles. Au XIIĂšme siĂšcle, l’hibiscus arriva en Europe, importĂ© par les Maures espagnols. Il faudra attendre le XVIIĂšme siĂšcle pour que certaines variĂ©tĂ©s soient introduites en AmĂ©rique, par le biais des esclaves.
L’Hibiscus syriacus (ou Fleur d’EternitĂ©, mugunghwa en corĂ©en) est la fleur nationale de la CorĂ©e du Sud. Elle symbolise l’esprit volontaire et la modestie, deux valeurs chĂšres au peuple corĂ©en. Cette fleur fut d’ailleurs souvent Ă©levĂ©e au rang de fleur cĂ©leste, et donna son nom au royaume de CorĂ©e au 1er siĂšcle avant J.-C., qui fut ainsi connu en tant que Pays Mugunghwa. De nous jours, l’hibiscus nous Ă©voque plutĂŽt la trĂšs populaire Fleur HawaĂŻenne, emblĂšme grahique des surfeurs.
Les aborigĂšnes australiens le consommaient et utilisaient ses fibres pour confectionner des sacs et des filets de chasse.

* Vertus Thérapeutiques

L’hibiscus sabdariffa, ou Oseille de GuinĂ©e, qui pousse Ă  l’état naturel en Afrique de l’Ouest, est utilisĂ© Ă  des fins alimentaires et phytothĂ©rapiques. Ses jeunes pousses et feuilles se dĂ©gustent crues ou cuites comme des lĂ©gumes. Ses fleurs, sĂ©chĂ©es, entrent dans la composition de sauces, sirops et confitures, ainsi que de bon nombre d’infusions. On la boit fraĂźche et trĂšs sucrĂ©e (parfois accompagnĂ©e de menthe), principalement au SĂ©nĂ©gal et en Mauritanie. Elle est trĂšs riche en acide ascorbique et possĂšde des vertus diurĂ©tiques, sĂ©datives et hypotensives. Chez certaines personnes, elle peut se rĂ©vĂ©ler lĂ©gĂšrement laxative. Elle est connue sous le nom de thĂ© rose d’Abyssinie, Bissap ou KakardĂ© (on retrouve aussi l’orthographe cacardĂ©, ce terme Ă©tant issu de l’arabe karkandji) et Ă©tait trĂšs prisĂ©e en Egypte . Il est Ă©galement possible de l’utiliser comme une tisane, en faisant simplement infuser quelques fleurs sĂ©chĂ©es dans de l’eau frĂ©missante. TrĂšs acide et fruitĂ©e, cette infusion est traditionnellement utilisĂ©e pour combattre la fatigue passagĂšre. Anti-inflammatoire, elle coulage efficacement les affection des muqueuses.

Les fleurs de l’hibiscus syriacus sont elles aussi comestibles et possĂšdent des vertus Ă©mollientes. Elles peuvent Ă©galement ĂȘtre utilisĂ©es pour calmer la toux et soulager les angines.

Le fruit de l’hibiscus esculentus appelĂ© gombo, entre, en qualitĂ© de lĂ©gume, dans la composition de trĂšs nombreux plats africains, asiatiques et d’AmĂ©rique centrale et du Sud.

Les protĂ©ines des graines de l’hibiscus possĂšdent des qualitĂ©s cosmĂ©tiques hydratantes et rĂ©gĂ©nĂ©ratrices exceptionnelles.

* En Magie

Il s’agit de l’un des meilleurs supports Ă  la divination, mais l’hibiscus est Ă©galement utilisĂ© pour les charmes d’amour.


[Total : 43    Moyenne : 3/5]

La fleur d’hibiscus, en plus d’ĂȘtre comestible, a diffĂ©rentes vertus mĂ©dicinales et apporte Ă©galement des bienfaits cosmĂ©tiques, notamment pour la peau et les cheveux.

D’une part utilisĂ©e en infusion, elle permet de lutter Ă  la fois contre la toux et le mal de gorge. Lorsqu’elle est transformĂ©e en huile essentielle, nous pouvons l’appliquer sur la peau pour hydrater et lutter contre le vieillissement.

D’autre part, il est possible de l’utiliser pour la beautĂ© des cheveux comme il est d’usage en Inde. Effectivement, les pĂ©tales de la fleur sont sĂ©chĂ©s puis mĂ©langĂ©s Ă  de l’eau pour en faire un masque capillaire.

Achetez sur biologiquement.com de la fleur d'hibiscus biologique et Ă©quitable.

Achetez sur biologiquement.com de la fleur d’hibiscus biologique et Ă©quitable.

Ses vertus, en ce qui concerne cette utilisation, seraient de lutter contre l’apparition de cheveux blancs, de limiter les pellicules mais Ă©galement de nourrir efficacement le cuir chevelu.

Ses fleurs rouges sĂ©chĂ©es puis infusĂ©es sont utilisĂ©es pour des sauces et confitures ou la prĂ©paration du bissap ; infusion et sirop produisant une boisson rouge, bue fraĂźche et trĂšs sucrĂ©e (parfois prĂ©parĂ©e avec de la menthe) en Afrique de l’Ouest, dont au SĂ©nĂ©gal et en Mauritanie oĂč une de ses appellation populaire en vogue est devenue “Coc’Afrique” (“Seille” en GuinĂ©e, “roselle” en JamaĂŻque) ou “Agua de Jamaica”au Mexique.

C’est une boisson riche en acide ascorbique (d’oĂč son goĂ»t acidulĂ©) et on lui prĂȘte des vertus diurĂ©tiques, sĂ©datives et hypotensives, voire laxatives . . .

En Afrique de l’Est et au Moyen-Orient, cette boisson est appelĂ©e carcadĂ© (ou karkadĂ©, karkadeh ; de l’arabe karkandji). TrĂšs prisĂ©e en Égypte y compris pour des vertus mĂ©dicinales. Cette boisson y est bue froide ou chaude. Les fleurs de l’Hibiscus syriacus sont comestibles et ont des propriĂ©tĂ©s Ă©mollientes (= qui dĂ©tend, ramollit les tissus). Elles Ă©taient autrefois utilisĂ©es en mĂ©decine traditionnelle pour calmer la toux et guĂ©rir les angines.


[Total : 6    Moyenne : 2.5/5]

Les calices rouges du bissap, ceux qui lui valent son succÚs, donnent plusieurs types de boissons: Sirop,  Thé, Confiture, BiÚre, Cocktail. Les calices rouges existent sous plusieurs variétés: Soudan, Bambara, Burkina, Baol, Vimto.

Recette sirop de bissap
Le procĂ©dĂ©, qui repose sur les techniques artisanales existantes, est simple. Les calices de bissap sont macĂ©rĂ©s dans une grande bassine d’eau pendant six Ă  sept heures. Le mĂ©lange est remuĂ© rĂ©guliĂšrement. Pour l’hygiĂšne et la qualitĂ© de la prĂ©paration, un tissu ou un couvercle en plastique protĂšge la bassine. AprĂšs macĂ©ration, la prĂ©paration est filtrĂ©e, transvasĂ©e dans des seaux, puis diluĂ©e et additionnĂ©e de sucre. Elle est ensuite pasteurisĂ©e dans des marmites pendant trente secondes, Ă  100°C. Le produit est en ensuite mis en sachets ou en bouteilles. Dans certains ateliers modernes les sachets sont remplis Ă  chaud et aussitĂŽt soudĂ©s avec une thermosoudeuse Ă  pied.
Pour plus d’informations consultez l’ouvrage “PrĂ©parer et vendre des boissons traditionnelles” Khanata Sokona( Enda-Graf Sahel) et CĂ©cile Broutin (Gret).Les Editionsdu Gret. MinistĂšre française de la coopĂ©ration. Septembre 1994.
Le matĂ©riel de base nĂ©cessaire Ă  la prĂ©paration est peu coĂ»teux : 2 bassines en plastique de 80 litres, 1 rĂ©servoir d’eau (pour pallier une alimentation urbaine irrĂ©guliĂšre), des filtres tamis, 4 marmites aluminium de 50 litres, 2 seaux en plastique, 2 brĂ»leurs, 1 verre doseur, 1 balance, 2 fouets Ă  grand manche. L’atelier a Ă©tĂ© conçu de maniĂšre Ă  sĂ©parer la partie froide de la fabrication (stockage des matiĂšres premiĂšres et refroidissement des sachets) de la partie chaude (remplissage et pasteurisation des sachets). L’entrepreneur assure lui-mĂȘme la gĂ©rance et l’approvisionnement en matiĂšre premiĂšre ainsi que la livraison. Trois ouvriers sont chargĂ©s de la fabrication. La production de dĂ©part de l’atelier a Ă©tĂ© Ă©valuĂ©e en fonction de la capacitĂ© de la thermosoudeuse et de la durĂ©e des diffĂ©rentes opĂ©rations. Pour une production journaliĂšres maximum Ă©tablie Ă  960 sachets, les quantitĂ©s de matiĂšres premiĂšres sont les suivantes :- bissap sĂ©chĂ© (4kg), – eau (320 litres), – sucre (12 kg).
Le polyĂ©thylĂšne utilisĂ© est de 100 microns, Ă©paisseur minimale pour rĂ©sister Ă  la chaleur et Ă©viter que les sachets ne se percent. L’investissement total pour concrĂ©tiser ce projet s’Ă©lĂšve Ă  environ 4,5 millions de F cfa. Il comprend l’installation de l’atelier (le poste le plus important), l’achat du matĂ©riel, l’Ă©nergie, le foyer, un stock de trois mois de matiĂšres premiĂšres ainsi que la compagne de publicitĂ©.
En Mauritanie les fabriquant de jus de bissap ont Ă©galement pignon sur rue.
Aussi, faut-il prĂ©voir la pasteurisation des produits et le conditionnement en sachets plastiques thermosoudĂ©s. Ces deux Ă©lĂ©ments, qui devraient assurer des conditions d’hygiĂšne bien supĂ©rieures et une durĂ©e de conservation plus longue des boissons, placent le produit entre les boissons artisanales et industrielles (coca cola, fanta). Cf: PrĂ©parer et vendre des boissons traditionnelles. Les Ă©ditions du Gret. MinistĂšre français de la coopĂ©ration. Septembre 1994.
Au SĂ©nĂ©gal, les femmes, regroupĂ©es en GIE (groupement d’intĂ©rĂȘt Ă©conomique) assurent l’essentiel de la transformation et de la distribution du jus ou sirop de bissap.   Exemple de groupements de femmes. Le succĂšs de ces pionniĂšres attire aujourd’hui certains industriels, ceci grĂące surtout aux travaux rĂ©alisĂ©s par L’ITA dans ce domaine. Le  sirop est gĂ©nĂ©ralement conditionnĂ© dans des bouteilles en PVC, en carton – aluminium (Pure Pack) ou dans des sachets en plastique. La prĂ©sence du sucre (agent conservateur) et l’étanchĂ©itĂ© assurĂ©e par la capsule contribue Ă  une bonne stabilitĂ© micro biologique du produit. Cependant, il est recommandĂ© de conserver la boisson au frais (4°C) avant son utilisation.
Confiture et concentré  de bissap
Recette coktail de bissap
Eu Ă©gard Ă  ses potentialitĂ©s (goĂ»t, couleur, aciditĂ©), le bissap peut ĂȘtre mĂ©langĂ© Ă  d’autres jus de fruit: orange, ananas, goyave, tamarin, anacarde, pain de singe (fruit du Baobab). PrĂ©parĂ©s en famille, ces cocktails sont gĂ©nĂ©ralement apprĂ©ciĂ©s des gourmets. Ils sont de plus en plus servis dans les grands hĂŽtels.
Recette thĂ© de bissap ou “thĂ© rose d’Abyssinie”
Le  “thĂ© de bissap” ou “thĂ© rose d’Abyssinie”. Il faut broyer les calices sĂ©chĂ©s et les conditionner dans de petits sachets en papier filtre pour en faire une tisane par infusion. La dĂ©coction avec de l’eau chaude et l’addition de sucre permet d’obtenir du thĂ©. La boisson peut Ă©galement se prĂ©parer par macĂ©ration pendant 15-20 minutes ou par infusion pendant 5-10 minutes d’une cuillerĂ©e Ă  soupe de calice sĂ©chĂ© dans un demi litre d’eau.
Le thĂ© de bissap est couramment fabriquĂ© en Allemagne, principal marchĂ© europĂ©en de calice sĂ©chĂ© pour le SĂ©nĂ©gal.  Une “Etude technico-Ă©conomique pour la valorisation du bissap”, (Programme Cadre II Juin 1997), indique que la sociĂ©tĂ© SETEXPHARM a entrepris un programme de diversification pour intĂ©grer ce produit dans sa gamme. Selon ce document, les premiers rĂ©sultats d’incorporation de bissap dans des tisanes de “confort ” sont trĂšs encourageants et ouvrent de nouvelles perspectives pour les calices.
Recette biÚre avec du jus de bissap fermenté
L’extrait de bissap fermentĂ© dans certaines conditions donne une biĂšre typique dont la conservation se fait aseptiquement Ă  l’obscuritĂ© et Ă  une tempĂ©rature de 4°c aprĂšs un traitement thermique (30 mn d’ébullition)
Consommation
Le jus de bissap : une boisson naturelle
Acide mais sans alcool, d’une couleur rouge proche de celle du vin, le jus de bissap est uneboisson naturelle tonifiante. En Afrique subsaharienne, le bissap est servie en famille Ă  tout moment. A l’occasion de grandes cĂ©rĂ©monies, il supplante merveilleusement certaines boissons occidentales comme Coca-Cola.  Le jus de bissap est constamment servi aprĂšs un bon ThiĂ©boudieunne, le fameux riz au poisson sĂ©nĂ©galais.
Au Sénégal, La consommation nationale de jus de bissap est estimée à prÚs de 200 T/AN de calices rouges.
consommation industrielle:70T
consommation artisanale: 60 T
consommation domestique: 70 T.
Bissap: revue de presse
Bissap : le vin sĂ©nĂ©galais s’exportera-t-il ?
(Syfia-SĂ©nĂ©gal) Rouge, sucrĂ©, mais sans alcool, le jus de bissap a toutes les faveurs des SĂ©nĂ©galais. DĂ©sormais fabriquĂ© industriellement, il pourrait conquĂ©rir les marchĂ©s europĂ©ens avides d’exotisme. (Cf bulletin syfia n°48 janvier 1993)
Les calices verts de bissap : des épinards épicés
Pour assaisonner le TiĂ©boudieune, la femme sĂ©nĂ©galaise utilise les calices verts du bissap. Avec du piment, du sel, du “nĂ©tĂ©tou” (le cube africain traditionnel), les calices sont cuits Ă  l’eau bouillante ou Ă  la sauce du plat qu’il accompagne. Le produit broyĂ© ressemble Ă  des Ă©pinards. Il est servi sur le riz au poisson. Cette sauce du bissap est rĂ©pandue aussi bien en milieu urbain que rural.  On l’appelle “Beugueudj”en langue locale Ouoloff,  “FlorĂ©rĂ©” en Peulh et “Kouthia” en Mandingue. Elle est introduite dans la restauration africaine moderne. Les calices verts entrent aussi dans la prĂ©paration de la bouillie de mil et lui donnent un goĂ»t Ă©picĂ©. Ce plat, appelĂ© en Ouoloff “Lakhou bissap” et “Ngourbane” en SĂ©rĂšre est bien apprĂ©ciĂ© au village mais il est presque inconnue en ville.
Pour rĂ©pondre Ă  une demande croissante en feuilles vertes fraĂźches, la mise en boĂźte de conserve des feuilles pourrait ĂȘtre une solution. Cela nĂ©cessite bien sĂ»r des Ă©tudes approfondies pour la faisabilitĂ© technique et la rentabilitĂ© financiĂšre d’un tel procĂ©dĂ©.
Les autres utilisations du Bissap rouge.
Un colorant naturel en confiserie
En Allemagne le bissap rouge est de plus en plus utilisĂ© comme colorant naturel dans la confiserie. La fleur de bissap rouge contient diffĂ©rentes anthocyanes. L’extrait sous forme de filtrat de concentrĂ© ou de poudre sĂ©chĂ©e est utilisĂ© comme colorant en industrie alimentaire ou pharmaceutique. Dans ces deux secteurs oĂč l’on cherche des colorants naturels au profit des produits de synthĂšse, les atouts du bissap sont assez nombreux par rapport Ă  la betterave qui donne un colorant rouge foncĂ©, au raisin dont le taux de colorant est faible, Ă  la cochenille, bon colorant mais trĂšs cher.
BISCUITS FOURRES AVEC DE LA CREME ROSE DE BISSAP
A Dakar, aprĂšs la dĂ©valuation du Franc cfa en 1994, la Biscuiterie de MĂ©dina (BDM) mise sur le bissap comme colorant naturel. C’est ainsi que dans la fabrication de ses biscuits fourrĂ©s la crĂšme rose est faite de concentrĂ© de bissap. La couleur rouge vif similaire Ă  celle de la fraise et le goĂ»t acidulĂ© de la crĂšme confĂ©rĂ©e par le bissap sont Ă  l’origine de son succĂšs. “Ce biscuit fourrĂ© est bien vendu sur le marchĂ© local. Il est le plus apprĂ©ciĂ© de nos produits”, confie Madame Marie Seydi, directrice de l’usine BDM.
Cependant, il y a lieu de suivre de prĂšs les prochaines dĂ©cisions de l’Union EuropĂ©enne quand au maintien ou non du bissap sur la liste des colorants naturels autorisĂ©s. Des sources fiables indiquent que le dĂ©bat sur un possible dĂ©classement du bissap est relancĂ© par des avancĂ©s techniques et technologiques faites sur la betterave*l’hydroxylation et l’oxydation enzymatiques qui donnent l’orthoquinone puis des polymĂšres bruns…
Utilisation du bissap dans la pharmacopée traditionnelle
Les vertus du bissap sont nombreuses. C’est ce qui justifie d’ailleurs sa forte consommation en Afrique. Cette forte consommation confirme aussi l’existence d’habitudes alimentaires traditionnelles inconnues du grand public. Les feuilles de bissap riches en carotĂšne, en acide ascorbique accroissent, en effet, la valeur nutritive des plats africains. Quant aux calices rouges, ils contiennent plusieurs vitamines.

Produits Quantité
journaliĂšre Annuelle
Boisson 3.000 l 560.000 l
sirop 1.000 l 112.000 l
Concentré 500 l 56.000 l
Confiture 1.400 bocaux 130.000 l

Utilisations dans la pharmacopée traditionnelle

Produits Effets
Poudre Propriétés bactéricides (inhibition de proteus pastereulla, streptococcus) et cicatrisantes
Jus de bissap Propriétés antimicrobiennes et antihelmintiques inhibition de la mobilité du parasite.Diminue à faible dose les risques de calculs rénaux, teneur urinaire de créatine, citrate, tartate,calcisodium, potassium et phosphate.
DĂ©coction concentrĂ© sous forme de tisane ou boisson parfumĂ©e *DĂ©purative, antispasmodique relĂąchant les muscles lisses de l’utĂ©rus et de l’intestin,*Hypotenseur (baisse la pression sanguine)
Décoction des feuilles Diurétique et antiseptique des voies urinaires, soigne les plaies (détoxifiants , laxatives)
Racines Propriétés laxatives
Extraits calice Ralentissement du transit intestinal chez les animamonogastiques, rĂ©gression chez l’animal de tume cancĂ©reuses transplantables du sarconne.

 


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

Recette GelĂ©e de bissap (fleurs d’hibiscus bio)

Pour environ 2 pots de 450 g :
100 g de fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es bio (en Ă©picerie exotique)
1 l d’eau
1 sachet de Vitpris
sucre semoule
Préparation : 10 mn
Cuisson : 25 mn
Repos : 0 mn
Temps total : 35 mn
Bissap, karkadĂ© ou thĂ© rose d’Abyssinie, groseille de NoĂ«l, roselle, oseille de GuinĂ©e… En dehors de la dĂ©licieuse boisson servie, entre autres, au SĂ©nĂ©gal et en Egypte, les fleurs sĂ©chĂ©es de l’hibiscus sabdariffa se prĂȘtent Ă  de nombreuses prĂ©parations. Essayez donc cette Ă©tonnante gelĂ©e au parfum de mĂ»re et au goĂ»t acidulĂ©. Une recette ultra simple et ultra rapide !
Rincer plusieurs fois les fleurs d’hibiscus Ă  l’eau froide pour les dĂ©barrasser d’Ă©ventuels rĂ©sidus de sable ou de terre. Les plonger dans 1 litre d’eau, porter Ă  Ă©bullition et laisser bouillir Ă  couvert environ 15 minutes. On obtient une dĂ©coction trĂšs foncĂ©e.
2 Filtrer ce jus dans une passoire fine Ă©ventuellement doublĂ©e d’une Ă©tamine (vivement conseillĂ© si le bissap est trĂšs “sableux” comme ici en Afrique).
3 Peser le jus obtenu : en gĂ©nĂ©ral on obtient environ 500 Ă  600 g de jus. PrĂ©parer le mĂȘme poids de sucre.
Si on aime les gelées moins sucrées on peut réduire sans problÚme à 450 g de sucre pour 600 g de jus. Attention cependant à ne pas diminuer plus car le bissap est par nature trÚs acide.
4 Prélever 2 cuillÚres à soupe de sucre et mélanger au sachet de Vitpris. Verser dans le jus de bissap, mélanger au fouet. Porter à ébullition et laisser bouillir 1 minute.
5 Ajouter le reste du sucre, porter à nouveau à ébullition. Laisser bouillir 3 minutes, pas plus, en écumant les impuretés.
6 Mettre en pots et laisser refroidir, pots retournés. La prise se fera progressivement dans les heures suivantes. Attendre si possible quelques jours avant de consommer.
Pour finir… On peut agrĂ©menter la prĂ©paration d’un trait de sirop ou de crĂšme de cassis, de quelques feuilles de menthe, de baies de sĂ©chouan, d’eau de fleur d’oranger, de gingembre frais rĂąpĂ©, de vanille…
Au lieu de jeter les fleurs, faites-les confire Ă  feu trĂšs doux avec le mĂȘme poids de sucre et un grand verre d’eau, puis mixez et utilisez comme un coulis de fruits.

Pour environ 2 pots de 450 g :100 g de fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es (en Ă©picerie exotique)1 l d’eau1 sachet de Vitprissucre semoulePrĂ©paration : 10 mnCuisson : 25 mnRepos : 0 mnTemps total : 35 mnBissap, karkadĂ© ou thĂ© rose d’Abyssinie, groseille de NoĂ«l, roselle, oseille de GuinĂ©e… En dehors de la dĂ©licieuse boisson servie, entre autres, au SĂ©nĂ©gal et en Egypte, les fleurs sĂ©chĂ©es de l’hibiscus sabdariffa se prĂȘtent Ă  de nombreuses prĂ©parations. Essayez donc cette Ă©tonnante gelĂ©e au parfum de mĂ»re et au goĂ»t acidulĂ©. Une recette ultra simple et ultra rapide !

Rincer plusieurs fois les fleurs d’hibiscus Ă  l’eau froide pour les dĂ©barrasser d’Ă©ventuels rĂ©sidus de sable ou de terre. Les plonger dans 1 litre d’eau, porter Ă  Ă©bullition et laisser bouillir Ă  couvert environ 15 minutes. On obtient une dĂ©coction trĂšs foncĂ©e.
2 Filtrer ce jus dans une passoire fine Ă©ventuellement doublĂ©e d’une Ă©tamine (vivement conseillĂ© si le bissap est trĂšs “sableux” comme ici en Afrique).
3 Peser le jus obtenu : en gĂ©nĂ©ral on obtient environ 500 Ă  600 g de jus. PrĂ©parer le mĂȘme poids de sucre.Si on aime les gelĂ©es moins sucrĂ©es on peut rĂ©duire sans problĂšme Ă  450 g de sucre pour 600 g de jus. Attention cependant Ă  ne pas diminuer plus car le bissap est par nature trĂšs acide.
4 Prélever 2 cuillÚres à soupe de sucre et mélanger au sachet de Vitpris. Verser dans le jus de bissap, mélanger au fouet. Porter à ébullition et laisser bouillir 1 minute.
5 Ajouter le reste du sucre, porter à nouveau à ébullition. Laisser bouillir 3 minutes, pas plus, en écumant les impuretés.
6 Mettre en pots et laisser refroidir, pots retournés. La prise se fera progressivement dans les heures suivantes. Attendre si possible quelques jours avant de consommer.
Pour finir… On peut agrĂ©menter la prĂ©paration d’un trait de sirop ou de crĂšme de cassis, de quelques feuilles de menthe, de baies de sĂ©chouan, d’eau de fleur d’oranger, de gingembre frais rĂąpĂ©, de vanille…Au lieu de jeter les fleurs, faites-les confire Ă  feu trĂšs doux avec le mĂȘme poids de sucre et un grand verre d’eau, puis mixez et utilisez comme un coulis de fruits.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Recette du bissap la boisson antioxydante africaine

Préparation : 20 mn + 5 heures de réfrigération
Cuisson : 10 mn

Ingrédients (pour environ 2 litres de boisson) :
– 2 tasses de bissap
– 2 litres et demi d’eau
– 100 g de sucre
– 2 sachet de sucre vanille
– 1 pincĂ©e de muscade
– 2 cuillĂšres Ă  soupe d’eau de fleur d’oranger

Préparation :

Rincer le bissap. Faire bouillir le bissap et l’eau jusqu’Ă  totale coloration de l’eau.

Laisser refroidir puis retirer le bissap du jus de cuisson. Ajouter Ă  ce jus les sucres, muscade, eau de fleur d’oranger et mĂ©langer.

Mettre au frais pendant 5 heures et servir trĂšs frais.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Lotion nettoyante Ă  la fleur d’hibiscus bio

60 ml  Hydrolat lavande HM (apaisante , adoucissante)
40 ml Hydrolat sauge HM (Lutte contre les problĂšmes de peaux)
20 ml Hydrolat menthe HM (rafraichissante)
TiĂ©dir ensemble , et macĂ©rer dedans une fleur d’hibiscus bio , ( couleur et vit C )
Filtrer et y ajouter
1 pincĂ©e d’acide salicylique ( anti-inflammatoire et antiseptique)
1 pincĂ©e de poudre d’alun (cicatrisante)
5 ml vinaigre de cidre ( seul ou de rose et lavande)
1 cc HG de lavande
2 gouttes de teinture de propolis (antibiotique naturel)
mélanger pour faire dissoudre les poudres puis filtrer et y ajouter le conservateur
mettre dans un flacon stérilisé et lotionner le visage avant chaque utilisation de crÚme.