[Total : 34    Moyenne : 2.9/5]

La boisson de bissap Ă  la fleur d’hibiscus Bio (certifiĂ©s AB Ecocert) draine et dĂ©toxifie. Elle facilite la digestion et rĂ©duit les troubles digestifs, rĂ©gule le transit intestinal.


IdĂ©al dans le cadre d’un rĂ©gime diĂ©tĂ©tique Ă  base de fruits et lĂ©gumes, de poisson blanc, des cĂ©rĂ©ales complĂštes, complĂ©ter de baies de goji. La fleur d’hibiscus est trĂšs riche en vitamine C et en antioxydants naturels excellents pour la santĂ©.

Fleur d'hibiscus Sabdariffa antioxydante utilisée en phytothérapie

Fleur d’hibiscus Sabdariffa antioxydante utilisĂ©e en phytothĂ©rapie

 

L’Hibiscus (du grec áŒ±ÏÎŻÏƒÎșÎżÏ‚ hibĂ­skos. signifiant guimauve) est un genre de plantes Ă  fleurs annuelles ou vivaces qui comporte plus de 30 000 variĂ©tĂ©s. L’Hibiscus fait partie de la famille des Malvaceae.
Ce sont des plantes connues depuis la plus haute antiquitĂ© : elles Ă©taient cultivĂ©es en Égypte et en Asie du Sud-Est pour leur caractĂšre ornemental mais aussi pour leurs fruits comestibles. ImportĂ©es en Europe par les Maures espagnols au XIIe siĂšcle, certaines espĂšces furent introduites en AmĂ©rique au XVIIe siĂšcle par les esclaves.

L’hibiscus est un arbuste qui peut atteindre 5 mùtres de hauteur et autant de largeur.
Les feuilles sont simples, ovales ou à bord denté ou ondulé.
Les fleurs, le plus souvent à symétrie centrale sont isolées ou groupées en inflorescences.
Le calice a cinq sépales libres. La corolle cinq pétales libres ou légÚrement soudés à la base.

Boisson Ă  la fleur d’hibiscus, le bissap riche en vitamine C

Les cinq Ă©tamines sont soudĂ©es entre elles formant un long tube. Le pistil possĂšde assez souvent cinq ovaires et un long style passant Ă  l’intĂ©rieur du tube des Ă©tamines.
Les fruits sont des capsules qui s’ouvrent Ă  maturitĂ© pour libĂ©rer les graines.
Les fleurs. monochromes ou bicolores. sont torsadĂ©es avant l’ouverture complĂšte.

L’Hibiscus syriacus est la fleur nationale de la CorĂ©e du Sud, appelĂ©e Fleur d’ÉternitĂ© (mugunghwa en corĂ©en). qui illustre l’esprit volontaire et modeste du peuple corĂ©en. Les CorĂ©ens ont prisĂ© l’althĂ©a comme une fleur cĂ©leste depuis le passĂ©.

Utilisation

– L’Hibiscus sabdariffa (Oseille de GuinĂ©e ) originaire d’Afrique de l’Ouest produit des jeunes pousses et feuilles qui se mangent crues ou cuites comme des lĂ©gumes.
Ses fleurs rouges sĂ©chĂ©es puis infusĂ©es sont utilisĂ©es pour des sauces et confitures ou la prĂ©paration du Bissap, infusion et sirop produisant une boisson rouge. On la boit fraĂźche et trĂšs sucrĂ©e (parfois prĂ©parĂ©e avec de la menthe) en Afrique de l’Ouest.

C’est une boisson riche en acide ascorbique (d’oĂč son goĂ»t acidulĂ©) et on lui prĂȘte des vertus diurĂ©tiques, sĂ©datives et hypotensives, voire laxatives.

– Les fleurs de l’Hibiscus syriacus sont comestibles et ont des propriĂ©tĂ©s Ă©mollientes (qui ramollit les tissus). Elles Ă©taient autrefois utilisĂ©es en mĂ©decine traditionnelle pour calmer la toux et guĂ©rir les angines.

– Le fruit de l’espĂšce Hibiscus esculentus appelĂ© gombo, entre. comme lĂ©gume dans la composition de nombreux plats africains, asiatiques, d’AmĂ©rique centrale et d’AmĂ©rique du Sud.

Partie utilisée

La partie utilisée est la fleur.

L’hibiscus le plus utilisĂ© en phytothĂ©rapie est l’Hibiscus Sabdariffa.

On lui connait des effets diurĂ©tiques qui permettent de favoriser l’élimination rĂ©nale. AssociĂ© Ă  l’Orange amĂšre et au ThĂ© vert, l’extrait fluide d’hibiscus attaque toutes les composantes du surpoids.


[Total : 26    Moyenne : 3.5/5]

HIBISCUS, Rosa sinensis fleur comestible antioxydante , Informations générales

Hibiscus (du grec áŒ±ÏÎŻÏƒÎșÎżÏ‚ hibĂ­skos. signifiant guimauve) est un genre de plantes Ă  fleurs annuelles ou vivaces qui comporte plus de 30 000 variĂ©tĂ©s. L’Hibiscus fait partie de la famille des Malvaceae.
fleur hibiscus seches biologique naturelle

fleur hibiscus seches biologique naturelle

Ce sont des plantes connues depuis la plus haute antiquitĂ© : elles Ă©taient cultivĂ©es en Égypte et en Asie du Sud-Est. pour leur caractĂšre ornemental. mais aussi pour leurs fruits comestibles. ImportĂ©es en Europe par les Maures espagnols au XIIe siĂšcle. certaines espĂšces furent introduites en AmĂ©rique. au XVIIe siĂšcle. par les esclaves.
L’arbuste peut atteindre 5 mĂštres de hauteur et autant de largeur.
Les feuilles sont alternes. simples. ovales ou lancéolées. à bord denté ou ondulé.
Les fleurs. généralement à symétrie centrale (actinomorphes) sont isolées ou groupées en inflorescences.
Le calice a cinq sépales libres; la corolle cinq pétales libres ou légÚrement soudés à la base.
Les cinq Ă©tamines sont soudĂ©es entre elles formant un long tube. Le pistil possĂšde assez souvent cinq ovaires et un long style passant Ă  l’intĂ©rieur du tube des Ă©tamines. Le stigmate ne s’ouvre que lorsque les Ă©tamines sont flĂ©tries. permettant une fĂ©condation croisĂ©e[1].
Les fruits sont des capsules qui s’ouvrent Ă  maturitĂ© pour libĂ©rer les graines souvent velues.
Les fleurs. monochromes ou bicolores. sont torsadĂ©es avant l’ouverture complĂšte. Elles peuvent apparaitre de mars Ă  octobre si la plante est dans les conditions requises cependant. certains cultivars issus des sĂ©lections d’horticulteurs peuvent fleurir toute l’annĂ©e. Il est normal que la fleur de H. rosa sinensis se referme et tombe au bout de 24 heures environ.
Hibiscus syriacus est la fleur nationale de la CorĂ©e du Sud. La fleur. Fleur d’ÉternitĂ©. (mugunghwa en corĂ©en). est la fleur qui illustre l’esprit volontaire et modeste du peuple corĂ©en. Les CorĂ©ens ont prisĂ© l’althĂ©a comme une fleur cĂ©leste depuis le passĂ©. Le royaume Silla (nom portĂ© par la CorĂ©e au 1er siĂšcle avant J.-C.) s’est aussi appelĂ© le pays Mugunghwa. Hibiscus. aussi le symbole du surf.

Utilisation

L’hibiscus est valorisĂ© Ă  des fins alimentaires et mĂ©dicinales.
– Hibiscus sabdariffa (Oseille de GuinĂ©e ) originaire d’Afrique de l’Ouest produit des jeunes pousses et feuilles qui se mangent crues ou cuites comme des lĂ©gumes.
Ses fleurs rouges sĂ©chĂ©es puis infusĂ©es sont utilisĂ©es pour des sauces et confitures ou la prĂ©paration du Bissap ; infusion et sirop produisant une boisson rouge. bue fraiche et trĂšs sucrĂ©e (parfois prĂ©parĂ©e avec de la menthe) en Afrique de l’Ouest. dont au SĂ©nĂ©gal et en Mauritanie oĂč une de ses appellation populaire en vogue est devenue “Coc’Afrique” (“Seille” en GuinĂ©e. et “roselle” en JamaĂŻque). C’est une boisson riche en acide ascorbique (d’oĂč son goĂ»t acidulĂ©) et on lui prĂȘte des vertus diurĂ©tiques. sĂ©datives et hypotensives. voire laxatives.
En Afrique de l’Est et au Moyen Orient. cette boisson est appelĂ©e carcadĂ© (ou karkadĂ©. karkadeh ; de l’arabe karkandji). TrĂšs prisĂ©e en Égypte y compris pour des vertus mĂ©dicinales. Cette boisson y est bue froide ou chaude.
Le carcadet est en vente dans des boutiques d’herboristerie ou sur le marchĂ© Ă©lectronique.
– Les fleurs de l’Hibiscus syriacus sont comestibles et ont des propriĂ©tĂ©s Ă©mollientes (= qui dĂ©tend. ramollit les tissus). Elles Ă©taient autrefois utilisĂ©es en mĂ©decine traditionnelle pour calmer la toux et guĂ©rir les angines.
– Le fruit de l’espĂšce Hibiscus esculentus – dĂ©placĂ©e depuis dans le genre Abelmoschus (Abelmoschus esculentus) – appelĂ© gombo. entre. comme lĂ©gume. dans la composition de nombreux plats africains. asiatiques. d’AmĂ©rique centrale et d’AmĂ©rique du Sud.

Partie utilisée

La partie utilisée est la fleur séchée.

[Total : 9    Moyenne : 3.4/5]

L’hibiscus, fleur de grandes vertus antioxydante, reminĂ©ralisante, rafraĂźchissante, tonifiante, exfoliante, hydratante

Symbole de beautĂ© et de sĂ©duction, la fleur d’hibiscus recĂšle de nombreux trĂ©sors. Bienfaits de l’hibiscus bio Antioxydante, reminĂ©ralisante, rafraĂźchissante, tonifiante, exfoliante, hydratante. Un actif prĂ©cieux, 100% naturel.
hibiscus fleur antioxydant naturel biologique

hibiscus fleur antioxydant naturel biologique

La petite histoire

Arbrisseau aux 30 000 variĂ©tĂ©s de fleurs, l’hibiscus est originaire d’Asie tropicale. Il se cultive aussi en Chine, au Mexique, aux Antilles, Ă  Madagascar, au SĂ©nĂ©gal ou encore en Egypte oĂč le karkadĂ©, une infusion rafraĂźchissante au goĂ»t acidulĂ©, est la boisson nationale. RĂ©putĂ©es pour ĂȘtre aphrodisiaques, les fleurs s’assemblent pour former des colliers pendant les cĂ©rĂ©monies de mariage dans les pays tropicaux. Elles sont aussi riches en acides organiques et en mucilages, et sĂ©duisent un nombre croissant de marques de cosmĂ©tique pour leur trĂ©sor de vertus : hydratantes, adoucissantes, antioxydantes, rĂ©gĂ©nĂ©rantes, Ă©mollientes
 SĂ©duisante et gĂ©nĂ©reuse de ses atouts, la fleur d’hibiscus.
Un anti-Ăąge naturel
Aujourd’hui, on ne compte plus les soins qui renferment des extraits de cette pĂ©pite vĂ©gĂ©tale dans leurs formules. Fouad Makroum, le fondateur de la marque Little Big Bio, l’a bien compris, et utilise les protĂ©ines des graines d’hibiscus originaire du Burkina Faso dans son soin rĂ©parateur antirides “pour ses qualitĂ©s rĂ©gĂ©nĂ©ratrices rares, en synergie avec le baobab et le Marula pour un anti-Ăąge complet“, explique-t-il. Le crĂ©ateur de la marque engagĂ©e et responsable nous assure aussi “que l’hibiscus permet d’inhiber la contraction des muscles faciaux avec un effet lissant rĂ©el”. Une alternative douce et naturelle Ă  la toxine botulique, en quelques sortes

Par Linda Mestaoui Merigot

[Total : 5    Moyenne : 3.8/5]

Un extrait de fleur d’hibiscus bio, Hibiscus sabdariffa L., diminuerait l’oxydation du LDL cholestĂ©rol, responsable d’artĂ©riosclĂ©rose et de maladies cardiovasculaires, selon une Ă©tude taĂŻwanaise.

L’extrait d’hibiscus, Ă©galement utilisĂ© comme colorant alimentaire, contient, Ă  l’instar du vin, de nombreux antioxydants tels que anthocyanes, polyphĂ©nols et flavonoĂŻdes. Ces composĂ©s ont prouvĂ© leur efficacitĂ© sur la prĂ©vention de l’oxydation du LDL cholestĂ©rol.
Fleur d'hibiscus biologique fleur comestible

Fleur d’hibiscus biologique fleur comestible

L’oxydation du LDL
« Il est prouvĂ© une augmentation du cholestĂ©rol LDL dans les lĂ©sions athĂ©rosclĂ©reuses, et Ă©galement que  l’oxydation du LDL est directement la cause de la pathogĂ©nicitĂ©. », explique l’auteur Yun-Ching Chang de la Chung Shan Medical University. L’étude, publiĂ©e dans la revue Food and Chemical Toxicology retrace les effets de l’extrait d’hibiscus sur l’oxydation du LDL, la fragmentation de l’apolipoprotĂ©ine B, et la fabrication de radicaux libres in vitro.
Efficacité dose dépendante
L’Apo B est la lipoprotĂ©ine principale du LDL cholestĂ©rol, elle est responsable de la formation des plaques athĂ©romateuses endovasculaires. Les chercheurs ont montrĂ© que l’efficacitĂ© Ă©tait dose dĂ©pendante. Des doses de 0.25, 0.5, et 1 mg/ml rĂ©duisent respectivement le taux de LDL cholestĂ©rol de 13, 56, et 75 %. L’Apo B est lui aussi rĂ©duit de maniĂšre significative, dose dĂ©pendante Ă©galement.
Les anthocyanes antioxydants
Les rĂ©sultats tendent Ă  prouver que ce sont les anthocyanes qui seraient responsables de l’activitĂ© anti-oxydante au niveau du LDL cholestĂ©rol.
Mieux connaütre l’Hibiscus
Hibiscus sabdariffa L. de la famille des malvacĂ©es (red sorrel en anglais) est cultivĂ©e dans le monde entier. Son premier rĂŽle thĂ©rapeutique a Ă©tĂ© dĂ©volu, en mĂ©decine traditionnelle, au traitement de l’HTA et aux troubles hĂ©patiques. Les formes d’utilisation sont variĂ©es, depuis la confiture, les thĂ©s parfumĂ©s, en passant par les sauces et les sodas.

[Total : 13    Moyenne : 2.5/5]

Noms vernaculaires : Fleur d’EternitĂ© (hibiscus syriacus)

Althéa (hibiscus syriacus)
Ketmie (hibiscus syriacus)
Rose de Chine (hibiscus rosa sinensis)
Fleur des Belles Dames (hibiscus rosa sinensis)
Oseille de Guinée (hibiscus sabdariffa)
Roselle (hibiscus sabdariffa)

* Description botanique

Il existe de trĂšs nombreuses variĂ©tĂ©s d’Hibiscus, plantes de la famille des Malvaceae.
Il s’agit d’un arbuste, qui peut facilement atteindre 5 m de hauteur et autant de largeur. Ses feuilles, simples, sont alternes, parfois ovales ou lancĂ©olĂ©es (selon les variĂ©tĂ©s) et leur bord est dentĂ© ou ondulĂ©. Les trĂšs belles fleurs, isolĂ©es ou groupĂ©es, prĂ©sentent une symĂ©trie centrale. Les cinq Ă©tamines sont soudĂ©es entre elles et forment un long tube au centre des pĂ©tales. Le pistil possĂšde gĂ©nĂ©ralement cinq ovaires et un long style qui passe Ă  l’intĂ©rieur du tube formĂ© par les Ă©tamines. Le stigmate ne s’ouvre que lorsque les Ă©tamines sont flĂ©tries, de façon Ă  assurer une fĂ©condation croisĂ©e (allogamie). Monochromes ou bicolores, les fleurs sont, avant l’ouverture, repliĂ©es en torsades. La floraison s’étale de mars Ă  octobre, mais certaines variĂ©tĂ©s d’horticultures peuvent fleurir toute l’annĂ©e. Certains hibiscus (comme par exemple l’hibiscus rosa sinensis ou Rose de Chine) voient leurs fleurs flĂ©trir et tomber au bout de 24 heures seulement. Les fruits, sous forme de capsules, s’ouvrent Ă  maturitĂ© pour libĂ©rer les graines. Certaines variĂ©tĂ©s prĂ©sentes des graines velues.

En Europe, deux variĂ©tĂ©s sont principalement cultivĂ©es, pour leurs qualitĂ©s ornementales, mais Ă©galement pour la phytothĂ©rapie : la Rose de Chine (hibiscus rosa sinensis) et l’AlthĂ©a (hibiscus syriacus).

L’AlthĂ©a, (hibiscus syriacus) est un arbuste robuste, qui rĂ©siste bien au froid, jusqu’à des tempĂ©ratures infĂ©rieures Ă  -15°, voire -25°, Ă  condition que la plante soit exposĂ©e au soleil et Ă  l’abri du vent. Ses feuilles sont persistantes, sa floraison dure tout l’étĂ©, parfois jusqu’à l’automne.

Fleur d'hibiscus biologique fleur comestible

Fleur d’hibiscus biologique fleur comestible

La Rose de Chine (hibiscus rosa sinensis) est cultivĂ©e quant Ă  elle en intĂ©rieur, sauf dans les rĂ©gion au climat particuliĂšrement clĂ©ment, oĂč elle peut alors ĂȘtre plantĂ©e en extĂ©rieur. En effet, elle ne supporte pas les tempĂ©ratures infĂ©rieures Ă  5° ni les courants d’air. DĂšs 10°, elle commence Ă  perdre ses feuilles et stoppe sa floraison en attendant un adoucissement de la tempĂ©rature. Elle est Ă©galement trĂšs sensible au parasites (pucerons, araignĂ©es rouges, cochenilles et mouches blanches).

* Mythes et LĂ©gendes

Hibiscus vient d’un mot grec, hibiskos, signifiant « guimauve ». Connue depuis la Haute AntiquitĂ©, cette plante Ă©tait surtout cultivĂ©e en Egypte et en Asie du Sud-Est, tout d’abord pour la extraordinaire beautĂ©, mais aussi pour leurs fruits comestibles. Au XIIĂšme siĂšcle, l’hibiscus arriva en Europe, importĂ© par les Maures espagnols. Il faudra attendre le XVIIĂšme siĂšcle pour que certaines variĂ©tĂ©s soient introduites en AmĂ©rique, par le biais des esclaves.
L’Hibiscus syriacus (ou Fleur d’EternitĂ©, mugunghwa en corĂ©en) est la fleur nationale de la CorĂ©e du Sud. Elle symbolise l’esprit volontaire et la modestie, deux valeurs chĂšres au peuple corĂ©en. Cette fleur fut d’ailleurs souvent Ă©levĂ©e au rang de fleur cĂ©leste, et donna son nom au royaume de CorĂ©e au 1er siĂšcle avant J.-C., qui fut ainsi connu en tant que Pays Mugunghwa. De nous jours, l’hibiscus nous Ă©voque plutĂŽt la trĂšs populaire Fleur HawaĂŻenne, emblĂšme grahique des surfeurs.
Les aborigĂšnes australiens le consommaient et utilisaient ses fibres pour confectionner des sacs et des filets de chasse.

* Vertus Thérapeutiques

L’hibiscus sabdariffa, ou Oseille de GuinĂ©e, qui pousse Ă  l’état naturel en Afrique de l’Ouest, est utilisĂ© Ă  des fins alimentaires et phytothĂ©rapiques. Ses jeunes pousses et feuilles se dĂ©gustent crues ou cuites comme des lĂ©gumes. Ses fleurs, sĂ©chĂ©es, entrent dans la composition de sauces, sirops et confitures, ainsi que de bon nombre d’infusions. On la boit fraĂźche et trĂšs sucrĂ©e (parfois accompagnĂ©e de menthe), principalement au SĂ©nĂ©gal et en Mauritanie. Elle est trĂšs riche en acide ascorbique et possĂšde des vertus diurĂ©tiques, sĂ©datives et hypotensives. Chez certaines personnes, elle peut se rĂ©vĂ©ler lĂ©gĂšrement laxative. Elle est connue sous le nom de thĂ© rose d’Abyssinie, Bissap ou KakardĂ© (on retrouve aussi l’orthographe cacardĂ©, ce terme Ă©tant issu de l’arabe karkandji) et Ă©tait trĂšs prisĂ©e en Egypte . Il est Ă©galement possible de l’utiliser comme une tisane, en faisant simplement infuser quelques fleurs sĂ©chĂ©es dans de l’eau frĂ©missante. TrĂšs acide et fruitĂ©e, cette infusion est traditionnellement utilisĂ©e pour combattre la fatigue passagĂšre. Anti-inflammatoire, elle coulage efficacement les affection des muqueuses.

Les fleurs de l’hibiscus syriacus sont elles aussi comestibles et possĂšdent des vertus Ă©mollientes. Elles peuvent Ă©galement ĂȘtre utilisĂ©es pour calmer la toux et soulager les angines.

Le fruit de l’hibiscus esculentus appelĂ© gombo, entre, en qualitĂ© de lĂ©gume, dans la composition de trĂšs nombreux plats africains, asiatiques et d’AmĂ©rique centrale et du Sud.

Les protĂ©ines des graines de l’hibiscus possĂšdent des qualitĂ©s cosmĂ©tiques hydratantes et rĂ©gĂ©nĂ©ratrices exceptionnelles.

* En Magie

Il s’agit de l’un des meilleurs supports Ă  la divination, mais l’hibiscus est Ă©galement utilisĂ© pour les charmes d’amour.


[Total : 41    Moyenne : 2.9/5]

La fleur d’hibiscus, en plus d’ĂȘtre comestible, a diffĂ©rentes vertus mĂ©dicinales et apporte Ă©galement des bienfaits cosmĂ©tiques, notamment pour la peau et les cheveux.

D’une part utilisĂ©e en infusion, elle permet de lutter Ă  la fois contre la toux et le mal de gorge. Lorsqu’elle est transformĂ©e en huile essentielle, nous pouvons l’appliquer sur la peau pour hydrater et lutter contre le vieillissement.

D’autre part, il est possible de l’utiliser pour la beautĂ© des cheveux comme il est d’usage en Inde. Effectivement, les pĂ©tales de la fleur sont sĂ©chĂ©s puis mĂ©langĂ©s Ă  de l’eau pour en faire un masque capillaire.

Achetez sur biologiquement.com de la fleur d'hibiscus biologique et Ă©quitable.

Achetez sur biologiquement.com de la fleur d’hibiscus biologique et Ă©quitable.

Ses vertus, en ce qui concerne cette utilisation, seraient de lutter contre l’apparition de cheveux blancs, de limiter les pellicules mais Ă©galement de nourrir efficacement le cuir chevelu.

Ses fleurs rouges sĂ©chĂ©es puis infusĂ©es sont utilisĂ©es pour des sauces et confitures ou la prĂ©paration du bissap ; infusion et sirop produisant une boisson rouge, bue fraĂźche et trĂšs sucrĂ©e (parfois prĂ©parĂ©e avec de la menthe) en Afrique de l’Ouest, dont au SĂ©nĂ©gal et en Mauritanie oĂč une de ses appellation populaire en vogue est devenue “Coc’Afrique” (“Seille” en GuinĂ©e, “roselle” en JamaĂŻque) ou “Agua de Jamaica”au Mexique.

C’est une boisson riche en acide ascorbique (d’oĂč son goĂ»t acidulĂ©) et on lui prĂȘte des vertus diurĂ©tiques, sĂ©datives et hypotensives, voire laxatives . . .

En Afrique de l’Est et au Moyen-Orient, cette boisson est appelĂ©e carcadĂ© (ou karkadĂ©, karkadeh ; de l’arabe karkandji). TrĂšs prisĂ©e en Égypte y compris pour des vertus mĂ©dicinales. Cette boisson y est bue froide ou chaude. Les fleurs de l’Hibiscus syriacus sont comestibles et ont des propriĂ©tĂ©s Ă©mollientes (= qui dĂ©tend, ramollit les tissus). Elles Ă©taient autrefois utilisĂ©es en mĂ©decine traditionnelle pour calmer la toux et guĂ©rir les angines.


[Total : 1    Moyenne : 1/5]

L’hibiscus, fleur de grandes vertus

Symbole de beautĂ© et de sĂ©duction, la fleur d’hibiscus recĂšle de nombreux trĂ©sors. Antioxydante, reminĂ©ralisante, rafraĂźchissante, tonifiante, exfoliante, hydratante. Un actif prĂ©cieux, 100% naturel.

La petite histoire
Arbrisseau aux 30 000 variĂ©tĂ©s de fleurs, l’hibiscus est originaire d’Asie tropicale. Il se cultive aussi en Chine, au Mexique, aux Antilles, Ă  Madagascar, au SĂ©nĂ©gal ou encore en Egypte oĂč le karkadĂ©, une infusion rafraĂźchissante au goĂ»t acidulĂ©, est la boisson nationale. RĂ©putĂ©es pour ĂȘtre aphrodisiaques, les fleurs s’assemblent pour former des colliers pendant les cĂ©rĂ©monies de mariage dans les pays tropicaux. Elles sont aussi riches en acides organiques et en mucilages, et sĂ©duisent un nombre croissant de marques de cosmĂ©tique pour leur trĂ©sor de vertus : hydratantes, adoucissantes, antioxydantes, rĂ©gĂ©nĂ©rantes, Ă©mollientes
 SĂ©duisante et gĂ©nĂ©reuse de ses atouts, la fleur d’hibiscus.

Un anti-Ăąge naturel
Aujourd’hui, on ne compte plus les soins qui renferment des extraits de cette pĂ©pite vĂ©gĂ©tale dans leurs formules. Fouad Makroum, le fondateur de la marque Little Big Bio, l’a bien compris, et utilise les protĂ©ines des graines d’hibiscus originaire du Burkina Faso dans son soin rĂ©parateur antirides “pour ses qualitĂ©s rĂ©gĂ©nĂ©ratrices rares, en synergie avec le baobab et le Marula pour un anti-Ăąge complet”, explique-t-il. Le crĂ©ateur de la marque engagĂ©e et responsable nous assure aussi “que l’hibiscus permet d’inhiber la contraction des muscles faciaux avec un effet lissant rĂ©el”. Une alternative douce et naturelle Ă  la toxine botulique, en quelques sortes



[Total : 9    Moyenne : 2.7/5]

Recettes avec du bissap

BISSAP (karkadé ou oseille de Guinée)
Nom scientifique : Hibiscus sabdariffa (Linné).
D’origine Soudanaise, le « bissap » a Ă©tĂ© introduit au SĂ©nĂ©gal au dĂ©but du 19 Ăšme siĂšcle;
Au SĂ©nĂ©gal, l’appellation « bissap » viendrait de la dĂ©formation wolof du mot « bissab » qui signifie littĂ©ralement l’acte charnel de l’amour. Le « bissap » est bien une plante tropicale aux nombreuses vertus.
En 2004, Mme Viviane Wade a pris l’initiative d’introduire la culture du « bissap » biologique.
Les rĂ©sultats probants ont permis au chef de l’Etat de porter le programme « bissap » Ă  une dimension nationale en l’inscrivant comme quatriĂšme Programme spĂ©cial aprĂšs le maĂŻs, le sĂ©same et le manioc.
Le « bissap » Ă©tait une culture marginale, installĂ©e sur les bordures des champs par les femmes. Les produits rĂ©coltĂ©s servaient de condiments (variĂ©tĂ©s blanches) ou de boissons lors de grandes cĂ©rĂ©monies ou de fĂȘtes religieuses.
Sous forme de jus de sirop, encore de décoction, le « bissap » est connu pour ses qualités :
rafraĂźchissantes et revigorantes.
Aphrodisiaques
pouvoir amincissant (utilisĂ© dans les cures d’amincissement)
digestives
excellent régulateur de la tension artérielle.
Antimicrobiennes
diminution des risques de calculs rénaux, teneur urinaire de créatine, citrate, potassium et phosphate
DĂ©purative, antispasmodique.
Hypotenseur (baisse la pression sanguine)

Il est connu comme condiment amĂ©liorant l’aciditĂ© des mets traditionnels, mais Ă©galement il est trĂšs apprĂ©ciĂ© en tant que lĂ©gume dans les sauces de couscous, riz au poisson, etc. On consomme ses feuilles et les calices des fleurs. Les feuilles de bissap sont riches en carotĂšne et en acide ascorbique.

C’est un excellent adjuvant dans les prĂ©parations pharmaceutiques, un colorant trĂšs apprĂ©ciĂ© surtout en confiserie. L’industrie de la transformation l’utilise Ă©galement pour la prĂ©paration de confiture, de concentrĂ©, etc.

QUELQUES RECETTES TRES SIMPLES :

Jus de bissap (que l’on peut mĂ©langer Ă  d’autres jus de fruit ou boisson alcoolisĂ©e) :

Ingrédients
2 tasses de fleurs de bissap
2,5 litres d’eau
100 g de sucre en poudre
2 sachets de sucre vanillé
1 pincée de muscade rapée
2 c. à soupe de fleurs d’oranger
Bien rincer le bissap.

Faire bouillir le bissap et l’eau jusqu’à ce que l’eau soit bien colorĂ©e. Retirer les fleurs, ajouter les sucres, la muscade rapĂ©e, l’eau de fleur d’oranger et mĂ©langer.

Mettre au frais pendant 5 heures, gouttez suivant vos goûts ajouter du sucre (le bissap est un jus acide) et servir trÚs frais.

Vous pouvez Ă©galement remplacer la fleur d’oranger par de la menthe, ou encore par de l’extrait de banane.
thé de bissap ou tisane

Thé de bissap
MacĂ©ration pendant 15-20 minutes ou infusion pendant 5-10 minutes d’une cuillerĂ©e Ă  soupe de calice sĂ©chĂ© dans un demi litre d’eau.

Gelée de bissap

Temps de préparation : 10 mn
Temps de cuisson : 15 mn + 30 mn

Ingrédients
150 g. de fleurs de bissap
1.5 litre d’eau
~ 800 g. de sucre Ă  confiture

Rincez le bissap Ă  grande eau et plusieurs fois pour retirer le sable.

PrĂ©parez le jus de bissap en mettant les fleurs propres dans 1.5 litre d’eau et faites bouillir une quinzaine de minutes. Filtrez le jus avant de le peser.

Remettez sur le feu et mettez le mĂȘme poids de sucre. Faites cuire une demi-heure.

Versez votre gelée chaude dans des pots à confiture ébouillantés et fermez directement vos pots.

Confiture de bissap
– 300 g de bissap
– 300 g de sucre
– 1/4 l d’eau
– 1 cuillĂšre Ă  soupe de jus de citron
– 2 g d’agar-agar
RĂ©duire le bissap en petits morceaux.
Faire bouillir l’eau avec le bissap et le sucre jusqu’Ă  ce que le bissap soit ramolli complĂštement.
Retirer du feu et quand le mĂ©lange est encore bouillant, ajouter l’agar-agar. Bien mĂ©langer.
Rajouter le jus de citron.
Granité de bissap

Faire bouillir un litre d’eau.
Verser sur 1 bonne poignĂ©e de fleurs d’hibiscus sĂ©chĂ©es
Laisser infuser 10 minutes et filtrer
Ajouter 2 cs de jus citron (plus ou moins selon les goûts) et du sucre
Laisser refroidir.
Mettre au congélateur quelques heures.
Casser la glace et mixer au robot (ou avec un marteau)

Préparation avec les feuilles

Mettre les feuilles dans une casserole avec de l’eau, faire bouillir, dĂšs que les feuilles sont « molles », enlever l’eau et mĂ©langer au mixer ou Ă  la fourchette. Saler et poivrer.

Manger avec du riz (semblable aux Ă©pinards ou oseille).


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Aspect Botanique
L’Oseille de GuinĂ©e, ou Roselle, est un arbuste (1 Ă  2 m) de la famille des MalvacĂ©es. Originaire de l’Inde il pousse dans toute l’Afrique tropicale. Hibiscus sabdariffa est le nom scientifique du Bissap. Il pousse sur divers types de sols.

Pourvue de feuilles simples entiÚres ou lobées, Hibiscus sabdariffa est subdivisée en deux variétés botaniques : sabdariffa et altissima. Cette derniÚre a un développement aérien plus important et peut atteindre 3 à 4 mÚtres de hauteur. Il est utilisé pour ses fibres. Par contre la variété Sabdariffa a une utilisation plutÎt alimentaire. Elle est divisée en deux types botaniques par la couleur de ses fibres : un type rouge de par sa pigmentation anthocyanique et un type vert (ou blanc), non anthocyané.

Hibiscus sabdariffa variĂ©tĂ© sabdariffa est donc exploitĂ©e pour ses calices et Ă©picalices, du fait de leur persistance aprĂšs anthĂšse, caractĂšre qui leur permet de devenir charnus, fortement anthocyanĂ©s Ă  non anthocyanĂ©s, remplis d’acides organiques (faisant sa saveur) et autres composĂ©s vitaminiques et Ă©nergĂ©tiques. Le fruit est une capsule globoĂŻde (caractĂ©ristique des malvaceae), recouverte par le calice et contenant des graines rĂ©iniformes brun foncĂ© Ă  brunĂątre (utilisĂ©es pour la multiplication).

TolĂ©rante Ă  la chaleur, le bissap peut produire toute l’annĂ©e. Mais dans bon nombre de pays du Sahel il Ă©tait, jusqu’Ă  ces derniĂšres annĂ©es, une culture marginale puisque plantĂ© en bordure des champs pour la dĂ©limitation des parcelles.

Au SĂ©nĂ©gal, la pĂ©riode optimale de production de calices est la saison des pluies et pour des zones de production situĂ©es au sud de l’isohyĂšte de quatre cent (400) mm d’eau. Les cultures de contre-saison Ă©tant rĂ©servĂ©es Ă  la production de jeunes feuilles dont le cycle de culture ne dĂ©passe pas 45 jours et la plante entiĂšre est rĂ©coltĂ©e pour la commercialisation. Car durant la pĂ©riode sĂšche, outre le thermo-photopĂ©riodisme qui dĂ©rĂšgle la croissance et le dĂ©veloppement entraĂźnant une faible canopĂ©e, un Ă©chaudage sĂ©vĂšre des jeunes fruits est rĂ©alisĂ© durant la pĂ©riode de l’harmattan (alizĂ© continental chaud et sec).

Le Bissap, un fruit sans fruit

Le bissap est vraisemblablement la seule plante dont les calices aussi chargĂ©s en acides organiques puissent ĂȘtre assimilĂ©s Ă  un fruit et ĂȘtre utilisĂ©s aux mĂȘmes usages

La variĂ©tĂ© vimto du bissap a la caractĂ©ristique d’ĂȘtre plus rouge que le rouge ordinaire de sabdariffa. Son introduction au SĂ©nĂ©gal, il y a une dizaine d’annĂ©es, a relancĂ© l’intĂ©rĂȘt du bissap. Le vimto est moins savoureux que la variĂ©tĂ© locale, mais plus colorĂ© et “plus facile Ă  sucrer”, disent les femmes transformatrices. Ce qui fait qu’aujourd’hui le vimto a le vent en poupe.

COMPOSITION DES CALICES DE BISSAP

CALICES FRAIS (pour 100g) CALICES SECS (pour 100g)
EAU (g) 84,5 Ă  90 9,2 Ă  15
PROTEINES (g) 1,7 7,2 Ă  9
LIPIDES (g) 1,0 2,6
GLUCIDES (g)
dont saccharose (g)
12,0
0,45
74,1
0,3 Ă  1,2
FIBRES (g) 1,0 12,0 Ă  15
ENERGIE (g) 64 kcal 350 kcal
MINERAUX (g)
dont Ca (mg)
Fe (mg)
P (mg)

110
2,2
9 Ă  10
659 Ă  1140
9 Ă  31
195
VITAMINES. Vit. C (mg)
. Vit. B1
.Vit. B2 (mg)
.Vit. PP (mg)
. Vit. A (ui)
18 Ă  54
0,04
0,06 Ă  0,16
0,4
142
7 Ă  31
0,12
0,28 Ă  0,45
3,8
63
Anthoxyanines (g)Acidité (0,1) 1 à 1,521 à 27%

 


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Hibiscus (du grec áŒ±ÏÎŻÏƒÎșÎżÏ‚ / hibĂ­skos, signifiant guimauve) est un genre de plantes Ă  fleurs annuelles ou vivaces qui comporte plus de 30 000 variĂ©tĂ©s. L’hibiscus fait partie de la famille des malvacĂ©es (malvaceae).

Ce sont des plantes connues depuis la haute antiquitĂ© : elles Ă©taient cultivĂ©es en Égypte et en Asie du sud-est pour leur caractĂšre ornemental, mais aussi pour leurs fruits comestibles. ImportĂ©es en Europe au xiie siĂšcle par les Maures d’Espagne, certaines espĂšces furent ensuite introduites en AmĂ©rique au xviie siĂšcle par les esclaves. La CorĂ©e du Sud et la Malaisie ont un hibiscus comme fleur nationale, respectivement H.syriacus et H. rosa-sinensis.
L’arbuste peut atteindre cinq mĂštres de haut et autant de large.
Les feuilles sont alternes, simples, ovales ou lancéolées, à bord denté ou ondulé.
Les fleurs, généralement à symétrie centrale (actinomorphes), sont isolées ou groupées en inflorescences.
Le calice a cinq sépales libres ; la corolle cinq pétales libres ou légÚrement soudés à la base.
Les cinq Ă©tamines sont soudĂ©es entre elles, formant un long tube. Le pistil possĂšde assez souvent cinq ovaires et un long style passant Ă  l’intĂ©rieur du tube des Ă©tamines. Le stigmate ne s’ouvre que lorsque les Ă©tamines sont flĂ©tries, permettant une fĂ©condation croisĂ©e.
Les fruits sont des capsules qui s’ouvrent Ă  maturitĂ© pour libĂ©rer les graines, souvent velues.
Les fleurs, monochromes ou bicolores, sont torsadĂ©es avant l’ouverture complĂšte. Elles peuvent apparaĂźtre de mars Ă  octobre si la plante est dans les conditions requises ; cependant, certains cultivars issus des sĂ©lections d’horticulteurs peuvent fleurir toute l’annĂ©e. Il est normal que la fleur de H. rosa sinensis se referme et tombe au bout de 24 heures environ.
Hibiscus syriacus est la fleur nationale de la CorĂ©e du Sud. AppelĂ©e « Fleur d’Ă©ternitĂ© », (mugunghwa en corĂ©en), elle illustre « l’esprit volontaire et modeste » du peuple corĂ©en. Les CorĂ©ens ont prisĂ© l’althĂ©a comme une fleur cĂ©leste depuis le passĂ©. Le royaume Silla (nom portĂ© par la CorĂ©e au 1er siĂšcle avant J.-C.) s’est aussi appelĂ© le pays Mugunghwa.
Culture
Les deux espĂšces les plus couramment cultivĂ©es en Europe sont l'[[hibiscus rosa-sinensis]] et l’hibiscus syriacus. D’autres espĂšces, vivaces ou annuelles, sont Ă©galement cultivĂ©es, comme H. coccineus, H. moscheutos, H. palustris, H.trionum, etc.
L’hibiscus syriacus, Ă©galement dĂ©nommĂ© althĂ©a ou ketmie rĂ©siste sans problĂšme dans un climat tempĂ©rĂ©, jusqu’Ă  -15 °C, -25 °C au QuĂ©bec, Ă  condition de lui offrir un endroit ensoleillĂ© et abritĂ© du vent. Il a l’avantage de garder ses feuilles en permanence (dans les rĂ©gions chaudes) et de produire des fleurs tout l’Ă©tĂ©, parfois mĂȘme en automne, en cas de climat favorable.
L’hibiscus rosa sinensis, aussi appelĂ© « rose de Chine » ou « fleur des belles dames » est une plante d’intĂ©rieur en Europe, sauf dans certaines rĂ©gions particuliĂšrement clĂ©mentes. Il faut Ă©viter les courants d’air froid et ne jamais l’exposer Ă  des tempĂ©ratures infĂ©rieures Ă  5 °C, en sachant qu’en dessous de 10 °C, il commence Ă  perdre ses feuilles et ne fait plus de fleurs en attendant le retour de la chaleur et surtout d’un ensoleillement suffisant.
L’hibiscus rose de Chine est sensible aux pucerons, aux araignĂ©es rouges (acariens), aux mouches blanches et aux cochenilles. Il aime l’eau, mais il ne faut pas laisser le pot tremper dans une soucoupe remplie d’eau.
Utilisation
L’hibiscus est valorisĂ© Ă  des fins alimentaires et mĂ©dicinales.
– Hibiscus sabdariffa (Ă©galement appelĂ© « Oseille de GuinĂ©e »), originaire d’Afrique de l’ouest, produit des pousses et des jeunes feuilles qui se mangent crues ou cuites comme des lĂ©gumes.
Ses fleurs rouges, sĂ©chĂ©es puis infusĂ©es, sont utilisĂ©es pour des sauces et confitures ou pour la prĂ©paration du bissap, infusion et sirop produisant une boisson rouge, bue fraĂźche et trĂšs sucrĂ©e (parfois prĂ©parĂ©e avec de la menthe) en Afrique de l’ouest, notamment au SĂ©nĂ©gal et en Mauritanie oĂč une de ses appellations populaires en vogue est devenue « coc’Afrique » (« seille » en GuinĂ©e, « roselle » en JamaĂŻque ou « agua de Jamaica » au Mexique). C’est une boisson riche en acide ascorbique (d’oĂč son goĂ»t acidulĂ©) et on lui prĂȘte des vertus diurĂ©tiques, sĂ©datives et hypotensives, voire laxatives.
En Afrique de l’est et au Moyen-Orient, cette boisson est appelĂ©e  carcadĂ©  (ou karkadĂ©, karkadeh ; de l’arabe karkandji). Elle est trĂšs prisĂ©e en Égypte, y compris pour ses vertus mĂ©dicinales. Cette boisson y est bue froide ou chaude.
Le carcadé est en vente dans les herboristeries et sur internet.
– Les fleurs de l’hibiscus syriacus sont comestibles et ont des propriĂ©tĂ©s Ă©mollientes (= qui dĂ©tend, ramollit les tissus). Elles Ă©taient autrefois utilisĂ©es en mĂ©decine traditionnelle pour calmer la toux et guĂ©rir les angines.
– Le fruit de l’espĂšce Hibiscus esculentus – dĂ©placĂ©e depuis dans le genre Abelmoschus (Abelmoschus esculentus) – est appelĂ© gombo ; il entre, comme lĂ©gume, dans la composition de nombreux plats africains, asiatiques, d’AmĂ©rique centrale et d’AmĂ©rique du sud.
Multiplication
Cela dépend beaucoup de la variété :
L’Hibiscus syriacus (ou althĂ©a) se reproduit trĂšs facilement par semis sans intervention humaine. La bouture est assez difficile pour cette espĂšce ; toutefois, elle est la seule possibilitĂ© pour conserver une variĂ©tĂ© dĂ©terminĂ©e.
L’Hibiscus rosa-sinensis se reproduit plus difficilement, car la fĂ©condation dĂ©pend de conditions prĂ©cises (tempĂ©rature, luminositĂ©, hygromĂ©trie). De plus, la pollinisation naturelle semble dĂ©pendre d’insectes tropicaux. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse d’un groupe d’hybrides, car aucun peuplement naturel n’est connu.
Mais le bouturage est assez aisĂ© ; il suffit de couper en biseau, sous un Ɠil, une extrĂ©mitĂ© de tige sans fleur, de n’y laisser que deux ou trois paires de feuilles et de la planter dans un substrat humide, lĂ©ger, avec un bon Ă©clairage et Ă  l’Ă©touffĂ©e (il faut penser cependant Ă  aĂ©rer de temps en temps afin que la plante ne pourrisse pas). Les racines apparaissent au bout d’un mois.
Principales espĂšces
Hibiscus acetosella
Hibiscus arnottianus
Hibiscus biseptus
Hibiscus boryanus
Hibiscus brackenridgei
Hibiscus caerulescens
Hibiscus calyphyllus
Hibiscus cameronii
Hibiscus cannabinus
Hibiscus cardiophyllus
Hibiscus cisplatinus
Hibiscus clayi
Hibiscus coccineus
Hibiscus coulteri Harvey ex Gray
Hibiscus dasycalyx
Hibiscus denudatus
Hibiscus divaricatus
Hibiscus diversifolius
Hibiscus elatus
Hibiscus esculentus, (renommé Abelmoschus esculentus)
Hibiscus erodiifolius
Hibiscus furcellatus
Hibiscus fuscus
Hibiscus grandiflorus
Hibiscus hamabo
Hibiscus hastatus
Hibiscus heterophyllus
Hibiscus hirtus
Hibiscus humbertianus (renommé Cienfuegosia humbertiana)
Hibiscus indicus
Hibiscus insularis
Hibiscus kokio
Hibiscus laevis
Hibiscus lasiocarpos
Hibiscus lavaterioides
Hibiscus liliiflorus
Hibiscus ludwigii
Hibiscus macilwraithensis (renommé Macrostelia grandiflora var macilwraithensis)
Hibiscus macrogonus
Hibiscus macrophyllus
Hibiscus meraukensis
Hibiscus micranthus
Hibiscus militaris (Synonyme de Hibiscus laevis)
Hibiscus moscheutos
Hibiscus mutabilis
Hibiscus normanii
Hibiscus panduriformis
Hibiscus paramutabilis
Hibiscus pedunculatus
Hibiscus pentaphyllus
Hibiscus platanifolius
Hibiscus propulsator (renommé Macrostelia sp. Bolt Head)
Hibiscus radiatus
Hibiscus radiatus
Hibiscus rosa-sinensis
Hibiscus sabdariffa
Hibiscus schizopetalus
Hibiscus scottii
Hibiscus sinosyriacus
Hibiscus splendens
Hibiscus storckii
Hibiscus striatus
Hibiscus sturtii
Hibiscus syriacus
Hibiscus taiwanensis
Hibiscus tiliaceus
Hibiscus trionum
Hibiscus tozerensis (renommé Macrostelia grandiflora var grandiflora)
Hibiscus waimeae